Récit Duathlon des Coteaux Sézannais

Les impressions de course de Mao :
« C’est mon premier duathlon, je ne savais pas trop où j’allais, l’année passée j’avais fait la partie vélo du triathlon relais de Troyes avec Antoine mais c’est la première fois que je fais des enchainements. C’est un vrai duathlon que je devais faire depuis des années. Mon soucis était de gérer mon effort sur les trois parties de la course : 10km, 42km, 5km. Je sais ce qu’il faut donner quand je fais 10km mais s’il faut enchainer le vélo derrière… j’avais un peu d’appréhension.
Une fois sur le terrain… il a déjà fallu s’habituer au terrain 😉 qui n’était pas évident avec les trottoirs qui peuvent être comme des petits traumatismes pour les muscles à chaque fois qu’il faut sauter il y a des chocs. Du coup je me suis dit ‘Houlala ça va se payer ça!!’. C’est pour ça que je n’ai pas voulu aller trop vite et rester sur le rythme que j’avais envisagé de 12km/h. Si j’arrive à faire du 12 de moyenne ça devrait se faire. Finalement on boucle les 10km en 49mn.
Les premiers coups de pédale ont demandé un temps d’adaptation, ça a pris 2 ou 3 km pour que je me mette vraiment au vélo, j’y étais pas encore je sentais qu’il y avait encore la course à pied dans les jambes.
Après, le vélo s’est bien passé, je m’aperçois que ça me change un peu de mes ballades habituelles en bord de Marne, il faut être tout le temps à relancer, c’est une course contre la montre. C’est assez inhabituel pour moi, il faut donner tout le temps, il n’y a pas beaucoup de temps de récupération, il faut bien les gérer, dans les virages ou les descentes. Quelques crampes vers le 20e km donc j’ai bien bu et ça s’est calmé pour revenir vers le début de la course à pied pour se calmer de nouveau après le 1er km, j’ai retrouvé mon allure à ce moment là. Je me disais 5km c’est pas grand chose mais la petite côte dans les pavés c’était pas évident au niveau des appuis, par contre j’ai bien apprécié les descentes qui m’ont permis de me relâcher et de bien récupérer aussi.
Voilà, au final je suis content parce que j’ai donné le maximum, j’en n’ai pas gardé trop, même si à la fin j’aurais pu accélérer un petit peu. Mais je crois que j’ai fais de mon mieux, c’est une super expérience. Il faudrait que je recommence ou qu’au moins je travaille le vélo un peu différemment. »

La petite histoire selon Arno :
Mao a accepté que je cours le Duathlon CD de Sézanne avec lui, le dimanche 17 avril 2011.

Afin de nous préparer un minimum ensemble, nous décidons de faire une petite sortie de 50km en tandem sur les bords de marne le 14 avril. De retour au local à vélo nous faisons un essai pour rentrer le tandem dans ma Golf.  Opération indispensable, nous devons démonter les 2 roues et les 2 selles !! Une fois les sièges baissés, ça rentre, tant pis nous ne pourrons pas emmener nos supporters, Charlie et Emmanuelle ne seront donc pas à nos côtés pour nous encourager.

A trois jours de la course nous décidons de laisser le vélo démonté en attendant de revenir le chercher dimanche matin.

A 10h dimanche, Mao et moi chargeons le vélo et hop nous voilà partis pour Sézanne, soit 120km de route direction Nancy.
Au 5e kilomètre en voiture , MINCE !! On a oublié la chambre à air de rechange !! Bon c’est pas grave on ne fait pas demi-tour et on croise les doigts pour ne pas crever.

A 12h nous arrivons sur place et  nous commençons le montage du vélo : une roue, deux roue, jusque là on est bon, 1 selle………. oupppss je crois qu’on a oublié la deuxième selle !!!! Maooooooooooo qu’est ce qu’on fait ????
On a fait super gaffe de ne pas oublier une roue et on oublie une selle !!!! Et comme les problèmes n’arrivent jamais seuls, comme c’est un cadre de VTT, personne n’est en mesure de nous dépanner, la tige de selle dont nous avons besoin est beaucoup trop grosse.

Un peu cons, on commence à se dire qu’on ne va pouvoir courir que la première course à pied…:-(

Mais d’un coup Mao trouve la solution !!! Direct il appelle Yves alias Mac Gyver, son pote qui vit à quelques kilomètres de Sézanne, un ancien de son club vélo. Il lui raconte notre situation et ni une ni deux, Yves débarque avec plusieurs tiges de selle. Pas de bol, elles sont toutes trop petites. Qu’à cela ne tienne il reste 45mn avant le départ, Yves retourne chez lui et revient pile poil avec deux cales fabriquées maison. Deux essais suffisent pour qu’Yves réalise un réglage sur mesure. Juste le temps d’apporter le vélo au parc il est 13h45 !!

On s’échauffe un peu, on écoute les consignes de course et c’est parti !! On profite des 2mn d’avance mais pas longtemps 😉
On a 2 tours de 5km, pendant le premier on apprend à monter et descendre les trottoirs tout en découvrant le terrain vallonné.

Les 10km à pied sont terminés, on arrive au parc à vélos, la première transition se passe bien, on trouve les 2 chaussures de Mao du premier coup 😉 et nous voilà partis pour 42km sur le tandem. Le temps est magnifique ce qui nous aide à avancer dans ce pays bien vallonné. Mais qu’est ce que c’est dur le tandem dans les côtes !! Et les descentes sont toujours trop courtes, dommage parce que c’est là que le tandem offre un avantage…

Un peu avant le quinzième kilomètre après une bonne descente, deux virages s’enchainent, le premier est « gentil » avec de très nombreux supporters qui nous encouragent chaleureusement, ce qui nous donne la patate pour continuer mais le deuxième virage est à 90° et personne pour le signaler !!!! C’est le moment que nous avons choisi pour tester les freins à disque du tandem de Mao…. Oufffffffffffff….. Après quelques dérapages on pose les pieds au sol à un mètre d’un mur d’enceinte. J’ai eu peur mais Mao me rassure en me disant que j’ai bien géré, c’est bon j’ai encore sa confiance. On peut repartir et on ne se laissera pas surprendre au prochain tour.
Au 25e on prend le temps de s’arrêter au ravitaillement pour remplir nos gourdes, il fait vraiment très chaud.

On s’accroche jusqu’au bout pour finir les 42km sous les encouragements, la 2e transition se passe sans encombre et nous voilà partis pour deux petites boucles de 2,5km chacune, moitié au soleil moitié à l’ombre et à la fraicheur des arbres du mail qui entoure Sézanne.

Nous bouclons ce CD (10km/42km/5km) en 2h46’45 satisfaits puisque nous avions prévu de finir en 2h45′.

L’organisation de la course était parfaite, très pro, j’encourage chacun d’entre vous de tenter l’aventure l’année prochaine, ça peut être un très bon objectif de début de saison d’autant que les premiers finissent en moins de 2h !! autant dire que ça bagarre fort devant.

Et enfin quelques photos de la course :


Arno

Ce contenu a été publié dans Compétitions, Résultats. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Récit Duathlon des Coteaux Sézannais

  1. thierry dit :

    ouahhhhhhh, la vache, ils arrachent grave les deux !!!
    Bravo et respect.

  2. marc dit :

    Génial le récit avec en plus une dose de suspens. Bravo à tous les deux

Les commentaires sont fermés.