Ironman Nice 2011

Chers amis du NST,

Ca y est l’ironman France 2011 est terminé, finalité d’une saison bien remplie, pour nous 5, j’ai cité : Antoine, Thibault, julien, Laurent et moi même.
On a souffert sans doute, beaucoup souffert, vu la chaleur accablante de la promenade des anglais, mais on a tous aujourd’hui un pincement au coeur que ça soit déjà fini et derrière nous. Ce challenge qu’est l’ironman, c’est un an de préparation, un an de privation où l’ on a fait le choix de préférer s’entraîner, qu’il neige, pleuve,vente… plutôt que de rester dormir le dimanche matin ou de rester au prêt des siens que l’on aime tant pourtant.
Pourquoi ? Pourquoi faire ? Pour aller chercher le graal qu’est cette médaille où les trois disciplines et leurs distances sont coulées à jamais ? Peut être… Mais surtout sentir cette ligne d’arrivée et son passage qui nous procure cette satisfaction personnelle inexplicable irrationnelle mais si intense…
Tonton bicyclette (notre coach familial), le jour d’avant la course, motivait julien en passant à côté de la ligne d’arrivée qui était déjà matérialisée et lui disait « respire,imprègne toi de la ligne, sens les émotions ». Julien souriait, mais je sais que cette image lui est restée et qu’aujourd’hui il sait de quoi il voulait parlé.
En un mot, si vous en avez l’envie, vous en aurez les capacités et comme disent les anglo-saxons « Yes You can »!
La course :
-la veille petit repas riz-saumon où l’on debrieff à trois: tonton bicyclette et ses gars – comme il dit (jule et moi) ; le reste de la famille est allée en ville pour diner un peu plus copieusement.
-Tonton sort de son sac les huiles de sa grande époque de coureur cycliste et nous dit « aller les gars c’est l’heure du massage donc tout le monde en caleçon » 20 min de massage chacun qui nous a fait le plus grand bien, avec quelques phrases sorties tout droit du film le vélo pour nous motiver « T’ES AFFUTTE MON SALAUD ». Julien n’a eu le droit qu’a une jambe… et oui il s’est fait prendre par tonton entrain de fumer une cigarette (dixit tonton) » je ne masse pas les fumeurs de havanes moi » on ne rigole pas tous les jours avec tonton.
-Levé 4h30 gâteau-sport en tête à tête avec julien; levé de tonton et manu (mon « partner » ironman de l’année dernière qui est venu pour nous encourager)
-Tout le monde dans la voiture: Papa gauduchon au volant, Jacques(un ami de la famille – 3H au marathon), manu qui ne voulait louper l’ambiance du départ et qui commence à me dire qu’il aurait dû le faire avec nous, jule et moi…
-La sono est là… à fond… interview des leaders… les pneus éclatent… Il y en a toujours 1 qui veut mettre 12 bars le jour de la compétition.
-On se concentre, on stresse, on fait la queue au toilette  pour le dernier ……. de stress.
-On met la combi.
-On retrouve les copains, on s’encourage une dernière fois avec beaucoup d’émotion comme sur une ligne de front avant un combat dont on ne connait la finalité.
-On se place… C’est PARTI !!
-Les coups pleuvent, j’ai de l’eau dans les lunettes, le verre me touche le sourcil, j’adore !! Mais quand on veut jouer avec les bons, c’est pas la même : 1H03 je suis satisfait.
-Je fais une bonne transition
-Vélo- ma spécialité – j’attaque bien, je remonte pas mal de concurrents, je retrouve Tonton bicyclette au bout de 30 km… qui fait seulement la partie vélo et me fait un debrieff : Zamora est à la traine et t’es bien là dans les 100 premiers, je lui dit « je reste concentré », il me suit un peu mais j’étais trop en forme à ce moment …ca ne durera pas… au début de l’ascension du col de l’Ecre, douleurs abdominales, nausées, je n’arrive pas à m’alimenter, je me fait doubler,  je pense que je n’ai pas les bons braquets, en gros le moral est en berne et il reste 110 km.
Pendant tout le reste du vélo une seul hâte : le poser ce vélo de M…………….
L’idée d’abandon m’a même traversé l’esprit.
Du vent de face pour finir j’adore.
-Je le pose 5H35 a 32KM/h de moy selon l’orga 271 EME et j’attaque la CAP.
-Ca va mieux, beaucoup mieux, surtout quand je vois nos supporters : ils sont au moins 15 (mes beaux-parents ont même fait le déplacement) tous là pour nous,ils crient… J’ai l’impression d’étre une star, du moins leur star du jour.
-Les Kilomètres défilent, la chaleur monte : 34 c° , ca va, ca tient…
-Au 25 km, je craque: je marche pendant 3 km… là, je vois Jacques, l’ami marathonien de mes parents, je lui dit « je ne peux t’offrir ce spectacle » alors je recommence a courir avec lui il courra une bonne partie à mes cotés, ce fut une aide très précieuse, je l’en remercie encore.
-Enfin l’arrivée… je la vois… je la sens… une oasis au milieu du désert. La sono est à fond, je rentre dans l’arène, la famille est là. Papa me tend ma fille… je les remercie, je suis bien je jubile. Non,  je vole.
arrivée 10H47   268/ 2500
Je me fais masser… c’est bien d’être bien classé… Tu as tout ce que tu veux :masseur, le buffet c’est bizance.
Je rejoins les miens à la plage. Ils ont l’air heureux eux aussi pour moi, sans doute ; ils me disent avoir passé une super journée.
On retourne sur la ligne pour voir julien et laurent.
Quel plaisir aussi de voir son ami de longue date qui vous a suivi dans cette aventure ou folie, et de le voir à son tour passer la ligne.
J’ai loupé antoine et thibault malheureusement, trop rapide sans doute.
Manu me confira sur la plage qu’il a failli versé une larme a l’arrivée de jule et que de voir de l’extérieur l’ironman lui avait fait prendre conscience de ce qu’était cette course: quelque chose à part, presque une religion,tout du moins une caste à laquelle il se sentait appartenir et qu’il n’en avait pas fini avec le triathlon.
Je vous laisse la place sur la distance… pas d’Ironman pour moi l’année prochaine… à vous de jouer… 10H47 à battre-comme m’a dit manu ca va pas être facile. Mais je peux vous donner le secret « en chier a l’entraînement , se faire mal encore, et toujours dépasser ses limites et avoir des objectifs supérieurs à ses capacités et y croire…vous y arriverez ».
Merci à tous pour cette année fort agréable à vos cotés et surtout Antoine pour sa générosité et son énergie au service du NST.
Merci à carole et capucine de m’avoir attendu tous les week-ends parfois lassées mais jamais énervées.
Yann
Ce contenu a été publié dans Résultats. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

11 réponses à Ironman Nice 2011

  1. Bruno T dit :

    Bravo et respect à tous les cinq ! Belle aventure humaine tout de même que ceci; ça donne envie rien que pour ça …

Les commentaires sont fermés.