Retour sur un froid glacial à Vincennes

Ce matin, il fait froid, très froid, -6°, ça caille et en plus, il neige, ça va le faire grave…
C’est parti, bonnes foulées, bonnes sensations, des jambes, je cours, je cavale, je m’envole.
Km 5, je suis en moins de 21 mn, j’ai déjà doublé Bruno (mon grand Métronome) en me disant, punaise c’est bien je vais vite et je vais claquer un chrono AUJOURD’HUI. Yann, Emmanuel, Antoine sont là pour nous encourager et m’indique aussi que je suis entrain d’accélérer en passant à côté d’eux, et oui je vous dis que j’ai des ailes !!!
Enfin presque, j’ai pêché par orgueil, amateurisme, sans expérience… trop vite mon départ, trop vite.
Donc km 5, je m’effondre, Bruno revient et passe, je force pour rester collé, rien n’y fait, trop dur son rythme.
Philippe est juste devant moi, mais impossible de ma rapprocher.
Km 8, j’ai enfin récupéré et je me relance mais trop tard le mal est fait et cela va laisser des traces sur mon temps.
km 9, dernière accélération, maintenant c’est à fond, à fond avec ce qui reste dans les jambes.
km 10, 43’03.
Pas encore sous cette barre psychologique (comme me dirait Frédéric) des 43′.
Mais je compte bien y arriver
Je reviendrai plus fort.

Merci à Dédé qui « gueulait » sur le bas côté, Guenaelle, Serge et tous les autres pour vos encouragements dans cette « froideur dominicale », ça aide à courir plus vite et à tenir.

Titi qui bloque au 43′

PS: Vous pouvez trouver les résultats complets à la page des Résultats 2012

Ce contenu a été publié dans Résultats. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Retour sur un froid glacial à Vincennes

  1. Guillaume dit :

    Bravo à tous! Il fallait en effet être motivé (ou n’avoir que ça à faire…) pour être au départ de cette course, dans ces conditions. De mon coté, Laurent m’a remis dans le droit chemin au bout de 2km après un départ trop rapide. Et vu l’état dans lequel je fini je me dis qu’il a pas eu tord.
    Ha! on m’annonce à l’instant que je fini sur le podium dans la catégorie: « 2 bonnets + 2 cuissards + 3 épaisseurs de veste », youhou!
    A+

  2. Philippe dit :

    De mon côté, tout pareil que Titi, ce fut dur dur dur…
    Sur place depuis 8h15 pour assister aux exploits de ma petite famille (Danielle 3ème V1F sur 5km, Victor 2ème du scratch sur 2km départagé à la puce avec le 1er), j’étais déjà pas mal congelé au moment du départ du 10km à 10h45.
    M’étant fixé comme objectif 42′, je pars vite (trop vite ?), passe en 21′ aux 5km puis cale dans la 2ème partie de parcours pour finir en 42’55.
    Au final, je suis à la fois déçu car moins bien qu’en décembre (41’49) mais satisfait car pas loin de l’objectif et 2mn sous mon temps de 2011.
    Effectivement les 400m-800m-… de super Laurent doivent y être pour quelque chose.
    Par contre, je ne sais pas pour les autres mais j’ai les poumons cramés ce matin… Peut-être lorsque je cherchais de l’air dans la 2ème partie du parcours.

  3. bruno dit :

    Effectivement il faisait un temps à ne pas mettre un triathlète dehors, et pourtant on était queqlues-uns : entre les participants aux 10 km et ceux venus nous encourager, y’en avait pas mal!
    Pour ma part, je ne comptais pas faire un temps exceptionnel, vu ma forme et les conditions météo, je suis même parti avec les pieds qui commençaient à geler. Et pourtant, après moins d’1km de course, je commence à avoir des bonnes sensations avec un bon rythme; rythme et sensations qui ne m’ont pas lachés avec les kilomètres. Résultat, j’explose mon meilleur temps de 2 minutes sans finir à l’agonie et je prends un super pied à courir, malgrès le temps (météo). Je crois bien que les petites séances de 400 m du jeudi soir y sont pour quelquechose !
    Merci à tous pour vos encouragements : Dédé, Antoine, Yann, Manu, Jean-Luc, Laurent, Hervé, Guénaelle, et la famille Walliser.
    A dimanche prochain pour les 15 km de Charenton.

Les commentaires sont fermés.