Retour sur un déluge à Doussard

Pour mon premier half, et pour ce qui sera certainement mon dernier tri avec le NST, je pense qu’il a été bien arrosé ! …

Je ne reviendrais pas sur les conditions météo, je crois qu’on ne pouvait pas réver pire ! Je préfère retenir la bonne humeur avant, pendant (mouais) et après ; j’avais l’impression de se faire un bon week-end entre copains : ça rigole, ça chambre, ça déconne, ça se prépare sérieusement, ça s’entraide, ça en chie et ça finit par une bonne bouffe. En fait non, c’était vraiment ça : un bon week-end entre copains ! Et on peut résumer ça par ce que l’on disait le matin au petit-déj : le triathlon, c’est un sport individuel qui se pratique en groupe.

Malgrès tout, les performances ont été au rendez-vous (à quelques exceptions), ainsi que les sensations (en tout genre) !

Alors, déluge d’eau, mais aussi déluge de performances et surtout déluge de bonne humeur !

Avant le déluge de photos, je vous laisse lire le déluge de commentaires.

Bruno

Yann Gauduchon :

Je crois que ma motivation est en sucre, en effet elle ne supporte pas la pluie.

Un trés grand bravo a tous,
Mille excuses de ne pas avoir attendu tout le monde mais les conditions apocalyptiques, les dents qui claquent et le corps entier qui frémissait ont eu raison de la solidarité qui nous unissait ce week end autour de notre sport qu’est le triathlon.
Malheureusement le climat nous a vraiment gâché le plaisir, et je vous félicite avec beaucoup d’admiration d’avoir été au bout.
J’imagine que pour certains qui étaient moins bien préparés quand les douleurs physiques apparaissent, les pannes mécaniques s’enchainent  (sans chaine pour damien, elle est facile), les heures passent et le ciel s’assombrit, la difficulté redouble.
Alors aujourd’hui vous pouvez etre fier de vous les gars, vous avez été, comme on dit souvent avec jul des « grands messieurs du triathlon » (x2 pour aneth), en tout cas moi je suis fier de la NST TEAM.
J’ai moi même broyé du noir pendant toute la course et l’envie de me barrer a été plus grande que de continuer dans cet enfer ou le risque de chute était a chaque virage,et  le froid de chaque instant.
Comme on dit j’ai fais le métier en effet je commence a le connaitre ce sport:
j’ai nagé, pédalé sans conviction, couru parce que je sais courir en mettant un pied devant l’autre, et passé la ligne parce qu’il fallait bien la passé pour rentré, vous allez me dire je m’en sort pas mal, je vous l’accorde, mais seul mes heures d’entrainements ont permis ce résultat et pas mon mental, n’y le faite d’être allé au bout de moi même, hors c’est ça le triathlon et pas faire juste ce que l’on sait faire, aucun d’entre nous n’a la prétention de pouvoir gagné donc on ne gagne que contre soi meme (j’ai donc perdu ce week end).
Je vous rassure le triathlon c’est dur, tres dur, mais le plaisir doit etre au rendez vous, alors n’en restez pas la, et recommencé, pensé a aix en Provence par exemple (on y sera) ou d’autres prendant l’été.

Ps : a tout ceux qui ont cru qu’il allait ce faire mon pote jul et a ceux qui sont passés devant lui, dites vous bien que c’était la dernière fois c’est un champion a l’entrainement qui s’est liquéfié sous la pluie doussardienne, on va le reprendre sur le plan mental avec tonton et la prochaine fois ça va « GICLER DANS LES BOSSES » oui mon salaud t’es affuté ne t’inquiètes pas,
en tout cas bravo a antoine qui a mis tellement la pression a jul, qu’il s’est offet une 4eme place club déjà avant le coup de départ.
Pour la blague apres avoir coupé a versailles la, j’ai encore tenté un truc je me suis offert un tour de rond point pour le plaisir merci au commissaire de course pour la bonne info.

Bien sportivement Yann.

Bon anniv Mister PRESIDENT
Manu Giubilato tu commences me faire peur……..la suite a AIX…..

Luc Herbert :

Félicitations à ceux qui se sont fait « doussés » ce WE ! Je vous félicite et vous envie tout à la fois !

Félicitations à Yann pour sa performance et ses envolées lyriques sur la force du mental par rapport à la pédale, etc… Par contre carton rouge au prof d’aurthograffe de Yann J (en même temps, dentiste c’est un travail de manuel…).

Puisque vous me semblez tous bien rincés, je me dis que je vais venir ce soir à 18h15 faire trempette en espérant donc ainsi limiter les dégâts et ne pas prendre en pleine gueule mon niveau de fer à repasser !

Géraldine Ginoux :

Bravo bravo….. Vraiment, je suis très très très impressionnée par ces résultats et par la ténacité dont vous avez fait preuve pour continuer dans des conditions si adverses….
Du coup, je me hasarde à une question : si vous aviez un conseil à donner à un néophyte sur cette distance qui est mort de trouille (bien évidement, ce n’est pas moi 😉 ), quel serait-il ?
Merci Luc de corriger mes fautes et merci pour vos réponses !
Biz et bonne récupération

Agnes Laxenaire :

Chapeaux bas à Aneth et à vous les champions.
J’ai pensé à vous tous pendant l’epreuve(si si véridique ) mais j’imaginais ça plus glamour : genre lac d’Annecy limpide sous le soleil,montagne et prairies d’alpage pimpantes : bref vous en avez apparemment bien bavé .Bravo à tous pour avoir braver ces conditions de course et bonne recup.
Bises à tous
Agnes admirative

Thierry Jouan :

Bonsoir à tous et OUI un grand BRAVO à tous,
De retour à la réalité (compte tenu des conditions exceptionnelles)…
Par où commencer,  quelle sacrée épreuve !!! humide, très humide… un peu froide oui avé un peu de vent…
Alors le triathlon est un sport mental et physique et comme Grég cette année n’était pas venu, il a laissé ses copines les crampes dans le parc à vélo et me les a refilées, sympa la solidarité !! très sympa et donc me voilà parti pour 2 petits tours de CAP avec ses copines.
Pour répondre à Yann, quand t’as plus le physique, il te reste le mental !!! ben pour avoir pêché (une nouvelle fois) par orgueil et fait un bon vélo (à mon niveau), finir en drafting avec Will (fallait que je revienne sur lui en vélo), j’ai donc laissé mon physique à T2, récupéré les crampes de Grég et me lancé avec Will sur la piste infernale, trempée voire noyée pour la CAP.
Je reviens à l’idée du mental, j’ai laissé Will partir seul et moi couché dans l’herbe « humide » et voir du NST passer… puis reprendre derrière Brune H. et le laisser lui aussi partir seul et moi couché au 1er ravito (massé par le pote d’Annecy de Manu G. tu peux le remercier de ma part), puis repartir et m’allonger sur un banc à côté de l’église et voir à nouveau du NST passer (pas pour prier) pour faire passer ses P….. de crampes et me dire NE PAS ABANDONNER, PAS MAINTENANT et pourtant à ces 3 reprises l’idée était bien présente !!! Les jambes raides, douloureuses nous sommes repartis faire ces 2 petits tours et finir toujours sous la pluie… déconnecter le cerveau, ne plus penser, sauf à FINIR, oui FINIR, au passage les vues sont superbes quand on se promène dans la nature arrosée et verdoyante et croyez moi j’ai eu le temps de visiter puisque je me suis même trompé de route et failli visiter une maison au bout d’un chemin… l’appel de la douche chaude probablement… quelle belle promenade.
Alors le tri est un sport passionnant pour des passionnés qui refusent la défaite.
Pour des passionnés qui se donnent à fond dans des conditions ultimes.
Tu as raison Yann, j’ai bien cru que j’allais rejoindre Jul sur le vélo.
Paradoxe de ce sport, je me suis régalé sur le vélo et quel plaisir de passer dans la douleur la ligne, c’est aussi cela le dépassement de soi… souffrance et bonheur.
Merci à Yann pour ces entrainements sans quoi je n’aurai pas fait ce temps, merci aux autres pour les encouragements au bord de la route (moi allongé), merci à mes 2 killers du jour (Will et Bruno H.) pour m’avoir lancé ce défit de les battre et respect à eux (et aux autres) d’avoir gagné cette bataille (la guerre n’est pas finie Messieurs).
Merci aux autres que je ne nomme pas qui sont en fait tout le NST, les photographes, les femmes et enfants, les coachs…

Sacrée journée…  et de belles photos !!! Respect aux Elites pour les temps de dingues !!! je vois que j’ai encore du travail pour passer sous la barre des 5h00.
https://picasaweb.google.com/lh/sredir?uname=jouan.celine&target=ALBUM&id=5750246022592379153&authkey=Gv1sRgCPu8wKf83aa3mwE&invite=CLSIhcQB&feat=email

Spéciales dédicaces à Damien et Christian, nos galériens du jour, bonne reprise à vous.
Titi, mal au genou droit sérieusement, aux cuisses aussi mais pas à la tête, la baston n’est pas finie mais faut vraiment que je récupère … Avec le sourire !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Cyril Lamotte :

Merci Yann, pour tes commentaires, et encore félicitation pour ton temps, car ayant participé à ce Tri, je prends la pleine mesure de ton chrono.
Je rajouterais un GRAND MERCI à toutes celles et ceux (les familles Jouan, Walliser, Mme Hamon, Nadège… et j’en oublie certainement) qui nous ont encouragés pendant 6h sous une pluie battante et dans le froid. Car même si nos visages étaient un peu crispés, ça fait chaud au coeur d’entendre notre nom ou ALLEZ le NTS ! , tout le long du parcours.
Et ça ne doit pas être simple de prendre des photos avec un parapluie dans une main et l’appareil dans l’autre, avec les doigts congelés ! On les attends avec impatience
Pour ma part, ce fut mon premier tri LD, et je m’en souviendrais !
Car même si Manu a essayé de me mettre la pression en s’apercevant au dernier moment qu’il avait oublié son bonnet, ce qui nous a valu un retour au gite à la dernière minute, je suis plutôt satisfait de mon temps et de ma gestion de course.
J’étais un peu faible en vélo et surtout pas à mon aise dans les descentes, un peu trop crispé sur mes freins ce qui me vaut quelques courbatures ce matin dans les avant-bras. Cela m’a peut-être évité la chute, car j’avoue que les sirènes des pompiers qui patrouillaient n’étaient pas là pour me rassurer.
Heureusement, dès les pieds sur la terre ferme, les sensations étaient meilleures surtout quand j’ai eu en point de mire quelques maillots du NST.
En tout ca le WE fut très sympa, malgré le temps quelque peu humide. Pluies éparses d’après METEO FRANCE. Je vous le confirme, ne jamais se fier aux prévisions météo.

William Levy :

À mon tour les amis.
Par ou commencer, les félicitations d’usage d’abord. Mille bravo à tous, dans ces conditions dantesques,vous avez tous réalisés des perf de haut vol notamment ceux qui débutaient sur half. Je ne peux qu’applaudir en connaissance  de cause( ayant déjà fait ce tri avec des conditions météo plus favorables.)
Votre détermination dans l’épreuve et vos sourires de satisfaction après une douche chaude ont fait plaisir à voir . Ce club n’existe que pour ces moments de bonheur intense jusqu’à la douleur parfois mais non égoïstes. C’est l’éclate et on partage ça entre potes de tout horizon. Voilà une jolie idée du sport.
À titre perso, Bruno hu et titi faudra repasser pour me gratter. En tout cas, merci car notre mini compét m’aura motivé à me sortir les doigts ….. Surtout à vélo. Il y a encore du taf mais julien et Antoine je vais bientôt me retrouver sur votre porte bagage gaffe surtout au 15 août. Au fait, Manu devaux m’a dit être libre à cette date donc , on va constitué un sacré squad pour embrun.
Encore une fois bravo à tous pour vos perf, Damien  et Christian la revanche en 2013.
Et merci pour les encouragements de nos courageux supporters et supportrices. C’était réconfortant sous ces « averses éparses » dixit météofrance.

Antoine Durand :

Alors depuis au moins 3 mois mini qu’on en parlait …on l’a fait !!!!
Bravo à tous dans des conditions apocalyptique…c à peine exagéré
un déluge d’eau…franchement moi qui adore le vélo et moins la cap j’avais hâte que le vélo se termine
c’est à peine si j’arrivais à reconnaitre les NST que je croisais avec l’eau dans les lunettes
puis arrivé au premier ravitaillement de cap des crampes qui se pointent assez violentes
qui me stoppent nette…alors là je me dit 20 km ça va pas être possible…
et un instant dans ma tête… il va falloir faire demi tour et peu être un retour direct au parking de départ
puis je me suis dit …on se calme …on s’arrose d’eau froide les cuisses …on se masse et on repart tout doucement
…et ça commence à aller mieux
….puis après gros coup de bol !!! … j’ai trouvé une jeune femme super sympa qui m’a pris sous
sa protection… »allez y je vais vous retarder »… »non non j’ai mal au dos « , « on va le faire ensemble »
elle a carrément géré la course en fonction de mes douleurs
je me suis arrêté sous chaque gouttière pour reposer les cuisses…et ça a tenu
presque un miracle quand j’ai vu mon temps
Je pensait faire 6h et j’ai du faire 5.43 h…
PS les temps affichés sont faux mais avantageux pour moi…j’aurai mieux fait de me taire
Encore bravo et merci pour ce week-end humide (averses éparses= ça et là, mais surtout bien là )
mais très chaleureux
à refaire sans aucune hésitation

Guillaume Hamon :

Bonsoir à tous !

Tout d’abord je tiens à rassurer tout le monde, ce matin il pleuvait toujours à Doussard! Par quoi commencer? Trop de choses en tête mais pour résumer j’ai KIFFE GRAVE:
– le soleil le temps de sortir les vélos des voitures, sur le parking
– DD au micro et la spéciale dédicace à Mr le Président
– de voir autant de maillots bleu ciel
– d’avoir eu aucun problème dans l’eau
– de ne pas chuter en vélo malgré une TRES grosse frayeur sur une ligne blanche
– me faire chambrer par Manu Devaux dans les descentes
– le « faux » plat montant sur le parcours CAP
– courir dans la bouse de vache
– les encouragements de nos supporters
– le buffet d’après course
– le resto du soir ensemble
– etc etc

Je ne vais pas détailler ma course, mais je suis satisfait du résultat et même plutôt optimiste pour la suite. Je pense que « certains » ne sont plus inaccessibles 🙂
Reste à déterminer les prochaines courses!
J’ai hâte!
Bravo bravo et encore bravo à TOUS!

André Peronnet :

Il en fallait de la passion pour se l’arracher ce TRI!.
Malgré la beauté du site, je n’ai pas pris  le temps de l’admirer en me
mettant sur le dos, bilan, 5 bonnes minutes de gagnées en me permettant le
luxe de doubler quelques concurrents, quel bonheur intérieur.
Démarrer le vélo seul a été difficile mais heureusement un amateur m’a
‘lancé’ jusqu’à Talloires. La 1ère cote (mur?) bien négocié m’a permis
d’arriver au 1er tronçon commun juste à temps pour voir Yann passer
poursuivi par tout le NST. Cela m’a valu des « allez » DD », « vas-y DD » qui
m’on aidé à franchir le 1er col. Ensuite tout s’est enchainé avec une
certaine fluidité (j’ai pas dit rapidité) et sans crampe. Les autres routes
à retournement m’ont encore donné l’occasion d’encourager le NST qui était
déjà dans l’autre sens et tout cela en grignotant des candidats. Vous me
direz que je ne pouvais que remonter en partant de du fond, mais il se
laisse pas doubler ces derniers! Bilan 30mn de gagnées.
Passons à la phase CAP. Je pars en relais avec Yann qui lui en termine! Les
chaussures déjà trempées car des « officiels » avaient regardé dans les sacs
pour prendre les bonnets jaunes. Bilan, mon sac s’est rempli d’eau: 1
téléphone toujours HS et mes papiers détrempés. J’ai réussi à garder mon
petit train régulier mais j’ai perdu 5mn sur mes 2h estimées. Ceux qui
m’attendaient en terrasse de café ont à peine eu le temps de boire…
Au total, un challenge raté mais un WE réussi et surtout une course du
tonnerre. Je la conseille à ceux qui ne connaissent pas mais aussi à ceux
qui ne pensent pas y arriver: j’en suis la preuve vivante! Peut être un
jour, je ferais peur à quelqu’un! (n’est-ce pas Yann?)
Au fait, la pluie, je n’en rajouterai pas mais le seul moment où je n’étais
pas mouillé était entre la sortie de l’eau et le départ en vélo!
Comme TITI, merci à Damien pour l’hébergement trouvé, aux concurrents du NST
pour les conseils prodigués (no stress au départ de la natation, ne pas se
griller à la 1ère côte, l’attaquer comme cela, …), aux supporters à pied malgré l’humidité ambiante
ou en voiture (Nadège) et par mail, au soutien moral
jusqu’à l’arrivée où j’ai pleuré de joie, d’émotion mais aussi nerveusement!
Merci à mes 2 accompagnateurs du WE, Manu & Antoine D mais aussi pour
l’ambiance avant, pendant et après! Merci aux entraineurs (Marc, Laurent et
cyclistes qui me poussent dans mes retranchements). Bravo à nous tous avec une pensée à ceux qui ont cassé techniquement (chaine, crevaisonS, …) Et re-bon anniversaire à notre Président.

Emmanuel Devaux :

moi qui croyait que le moment le plus dangereux du week-end c’était l’aquaplaning en vélo ou le risque de pneumonie…. tu parles..

en fait c’était le retour en voiture à coté de WILL, spécialiste en INCEPTION———->

EMBRUN MAN TRIATHLON
Votre inscription s’est correctement déroulée/Your registration was correctly done.
Bon entrainement/Have a good training

Ca marchera peut être aussi sur Alain, Cyril, Bruno T, Guillaume H et Damien le cascadeur..et d’autres…..faut dire que vu la caisse que vous aviez à vélo et comment ça a déroulé à la CAP ce serait dommage de pas poursuivre sur votre lancée : Half Iron Man en Juin et IRON MAN en AOUT,, avouez que ça claque!!! non?

En plus il reste 71 jour pour peaufiner votre technique,,,cool!

Alors magnez-vous les gars pour qu’on réserve le logement!!

Eric Boyer :

Merci à tous pour cette découverte, ce premier tri
a+ pour un prochain défi

************************************************************************************************************

Les parcours sont ici, pour aider à se rappeler des points durs!! merci au TMT pour les cartes.

Les résultats complets ici.

Et voici les photos de Céline (femme de Titi) : https://picasaweb.google.com/lh/sredir?uname=jouan.celine&target=ALBUM&id=5750246022592379153&authkey=Gv1sRgCPu8wKf83aa3mwE&invite=CLSIhcQB&feat=email

Et celles de Danielle (femme de Philippe) : https://picasaweb.google.com/104079985176270791954/NSTTriathlonDoussard2012?authkey=Gv1sRgCIKk8OvBm4LoYw&feat=email

L’intendance à son importance, ce n’est pas Dédé avec son « vélo atelier » qui vous dira le contraire ! alors rincez vous l’oeil avec la vidéo exclusive de Dédé sur l’avant course !


Ce contenu a été publié dans Résultats. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Retour sur un déluge à Doussard

  1. Mao dit :

    bravo! bravo! totale admiration pour vous tous. et quel état d’esprit! chapeau!

  2. Damien dit :

    Bonjour à tous,

    je veux remercier tous les membres du NST qui chaque jour confirment l’esprit de solidarité qui anime ce club.
    Je veux féliciter tous ceux qui ont cette force morale et mentale pour poursuivre le triple effort dans la souffrance et la douleur quelles que soient les circonstances.
    La bonne humeur, l’humour et la générosité qui accompagnent ces moments forts, qu’ils soient individuels ou en groupe, sont la marque du NST.
    Je suis fier de faire partie de ce club.

    Dimanche à Doussard, comme beaucoup d’autres, je m’aligne pour mon premier triathlon longue distance.
    Je suis plein d’espoir de finir dans les talons d’Emmanuel et des Bruno’s (Thedenat et Hulin).
    Ma problématique principale, l’eau!
    Mais ce n’est pas l’eau du lac et ses sirènes qui ont eu raison de moi puisque je survis à cette épreuve de natation avec quelques minutes de retard sur ceux que j’ai choisi comme rivaux.
    Quand je retire ma combinaison de natation, durant ma transition, tombent les premières gouttes de pluie.
    J’espère qu’il s’agit d’une averse passagère comme le prévoyait la météorologie nationale (« pluies éparses »!)
    Les premiers kilomètres en vélo me confirment que l’eau du ciel est aussi mouillée que celle du lac.
    Je gère la montée de Talloires tant redoutée: « il ne faut pas se griller dès le départ! ».
    Je gère aussi la montée du col du Marais et mes lunettes sont toujours pleines de gouttes d’eau.
    Je double quelques cyclistes mais je note qu’il y a du monde devant moi… et loin devant moi…
    Je ressens bien mes muscles adducteurs près de mes genoux et j’ai peur des crampes. Je ne force pas trop.
    Puis c’est la descente après le premier demi-tour. Je rattrape encore du monde, je me sens bien, je suis à l’aise sur mon vélo malgré cette pluie incessante et le vent.
    Après Thônes, mes jambes sont chaudes et je me régale malgré le temps exécrable.
    Puis, grisé par ma forme, je me laisse aller dans les descentes. A la sortie de Dingy-Saint-Clair, je vais vite, très vite, trop vite…
    Le virage tourne à droite, je freine mais trop tard. C’est la glissade…
    Résultat, Antoine DURAND qui m’a vu tomber m’engueule avec raison… Il a eu peur. moi aussi!
    Je me relève, cà me pique à l’épaule gauche et sur la fesse gauche, c’est très superficiel.
    La roue avant de mon vélo est légèrement voilée. Je repars…
    J’ai perdu quelques minutes et je m’en veux d’avoir été si imprudent.
    Dès que je suis sur le faux plat montant sur la D16, je veux rattraper le temps perdu si bêtement et dangereusement.
    Je redouble d’effort et me sens bien. Puis c’est la catastrophe. La chaîne de mon vélo se casse. Je n’ai rien pour réparer…
    Il pleut très fort, il y a du vent et la température est à 14°C.
    Je fais demi-tour sur la route dans la descente, il y avait un point ravitaillement où je vais peut-être pouvoir trouver de l’aide pour réparer ma chaîne.
    Je demande aux concurrents qui passent s’ils ont de quoi réparer ma chaîne. Rien.
    Puis après quelques minutes, Emmanuel G. (l’autre ne se serait jamais arrêté pour moi… n’est ce pas Emmanuel D. 🙂 ), s’arrête et me donne son outil multifonction contenant un dérive chaîne.
    Je me débat comme un beau diable avec cet outil et ma chaîne. Mes doigts sont déjà gelés et je tremble comme une feuille sous le vent. Je ne parviens pas à expulser la goupille…
    C’est mort. Cà fait au moins une demi-heure que je suis là, frigorifié.
    André qui reconnait mon vélo avec ses fourches arrières orange et vert (il paraît que c’était à la mode dans les années 80!) s’arrête et vient prendre de mes nouvelles.
    Je dois préciser que plusieurs membres du NST s’étaient arrêtés pour me proposer leur aide alors que je réglais mon vélo après ma glissade.
    Moi, je sais que c’est ça la solidarité. Être dans une course et aider un coéquipier en difficulté alors qu’il s’agit d’une épreuve individuelle. Merci les gars, vous faites preuve d’un super esprit sportif.
    L’eau a dégraissé ma chaîne qui s’est usée au point de céder. C’est donc insidieusement que l’eau a encore eu raison de moi… (en tout cas de mon matériel).
    Je rentre donc tristement avec la voiture balai jusqu’à Doussard.
    Et là, je vois Yann, et oui, celui qui croit qu’il n’a pas eu un mental à la hauteur de l’épreuve.
    Il finit le half de Doussard sous le déluge qui n’a pas cessé depuis le début de l’épreuve cycliste!
    J’entend le micro de l’organisation annoncer: « Yann Gauduchon du Nogent Solidarité Triathlon, trente et unième! ».
    Je me précipite hors de la voiture balai et vais encourager Yann qui a déjà passé la ligne d’arrivée.
    Il me voit et me demande ce que je fais là avec une couverture de survie en guise de gilet. Je le félicite pour sa performance, il m’embrasse, heureux d’avoir terminé cette course d’enfer et de trouver un sourire amical et me glisse à l’oreille: « je ne me suis pas éclaté avec cette pluie! »
    Puis arrivent les autres, un à un, fatigués, frigorifiés, détrempés, jusqu’au dossard 295, Christian, ce galérien des temps modernes.
    Avant de quitter Doussard, Yann et les fortiches du NST me remontent le moral en me proposant d’aller avec eux à Aix en Provence en septembre.
    Je souris et suis heureux intérieurement d’avoir rencontré de telles personnes, de tels athlètes, de tels triathlètes depuis dix mois dans ce club.
    Je vois arriver les Emmanuels D. et G, les Brunos H. et T., les Antoines P. et D.,les Alain, Guillaume, William, Titi, Philippe, François, Marc, Morgan, André, Aneth et les autres.
    Moi, j’ai rendu mon dossard aux arbitres du parc à vélo… j’en suis très triste.
    Mais un flash me revient, j’hésitais à faire le half de Nailloux à côté de Toulouse ou le tri de Paris durant le week-end du 7-8 juillet. Je crois que je vais essayer de finir un triathlon long… (il faut toujours rebondir!!!)
    Sous la pluie toujours battante, j’entend Emmanuel D. me dire « jamais je ne ferai un ironman! il faut être fou. » Mais il a le sourire du triathlète heureux de l’effort accompli.
    Le lendemain, en rentrant à Paris, il s’inscrit à l’embrunman. Je confirme donc que Emmanuel D. est un fou… largement influencé par William qui avait peur de se retrouver seul dans ces montagne des Alpes du sud le 15 août 2012.
    L’ambiance des Alérions, amicale, sportive, sympathique, drôle, chambrante, taquine m’a permis de passer un bon week-end malgré ma déception de la course inachevée.
    Également les mails nombreux de soutien, d’attention et de sympathie. Merci.
    Je pense aussi au supporters et supportrices du NST (femmes, enfants et amis qui ont bravé le déluge de Doussard pour crier « allez le NST » ou prendre des photos).
    Aujourd’hui, ayant retrouvé le soleil, le sourire, la bonne humeur et l’entraînement, il me faut un nouvel objectif.
    Ce sera Nailloux le 7 juillet 2012.
    En septembre, je suis déjà inscrit à La Baule et donc je ne sais pas encore si j’irai à Aix en Provence…
    Je vous remercie tous pour votre solidarité et votre esprit sportif et très fairplay.
    A bientôt aux entrainements et déjà ce soir à la piscine.
    Je crois que Marc nous a préparé un entraînement adapté…
    Damien

  3. Manu dit :

    Malgré les pluies éparses,quel régal.Rires,chambrages,sports,soleil(oui vous avez bien lu soleil le samedi),sirènes le long de la route en allant chercher nos dossards(hein Alain pour ne pas se faire taper sur les doigts on va dire sirènes). Sinon pour la course,gérer car il ne fallait surtout pas se blesser car l échéance principale approche. Le but était de rattraper des bleus et Antoine D que je croisais régulièrement et finir en moins de 6h(dans mon fort intérieur avec une course sans problème j aurai du annoncer 5h45 mais ça c est le manque de confiance moi). Au final 5h36. Point positif,je crois qu avec Alain,nous sommes les seuls à avoir monté Talloires en rigolant et point négatif et qui m arrive souvent,avec toute cette pluie, je n ai bu qu un demi bidon pendant la partie vélo(gaffe pour la suite). Merci à nos supportrices, aux membres du club car pour ce qui est de l esprit club,nous méritons la plus haute marche du podium.

Les commentaires sont fermés.