Triathlon Paris 2012

Yes !!! Même si j’ai encore raté des points au challenge, j’ai fait ce que l’on ma demandé ces derniers jours (n’est-ce pas Antoine ?)

Tout s’est bien déroulé (enfin presque, mais je vais y revenir). Avant de vous parler de mon score, je voulais résumer la matinée. J’en arrive presque à réfléchir à des stratégies. SI! je m’étais entrainé à démarrer le vélo, et en descendre, chaussures sur les pédales. Finalement, vu le temps à 6h30, j’ai rangé mes chaussures de vélo des cales pour les remplacer par mes chaussures de CAP (vive les pédales mixtes) à l’abri dans un sac . bilan, des pieds au sec, malgré le tapis (éponge) bleu avec une course améliorée pendant les transitions ET les pieds libres pour éventuellement stabiliser le vélo sous la pluie !

Bref, la 1ère épreuve arrivé : la natation…. eh bien rien à raconter: bien du début à la fin (cela ne veut pas dire RAPIDE) avec une transition sans problème. Côté vélo, super attaque d’André (et OUI je me la pète!!) ce qui me vaut une chute sans gravité dans la 3ème épingle (touchette entre vélo). Bilan quelques secondes pour ramasser les bidons et trousse à outils (vélo atelier oblige…). Dans la ligne droite de sortie d’épingle je recolle à mon groupe ce qui me permet de revenir sur des maillots bleus (NST) et de passer des deals (n’est-ce pas Agnès ?). Dans le 1er passage sous terrain sur les quais, prémonition ou .., je mets la main sous la selle: plus de trousse à outils, je ne voulais pas m’alléger CAR il y avait les clés de la voiture !!! Moment d’angoisse, que faire. Perdu pour perdu, je vais continuer et nous verrons plus tard. Parmi toutes les crevaisons et chutes, je n’ai pas vu YANN, sinon je me serais fait une joie d’essayer de le dépanner … NON, NON, je compatis (Message de YANN = »pour moi chute au 10ème km, j’ai serre un peu les dents puis j’ai réattaqué prêt à en découdre, puis crevaison (boyaux). Pas grave je répare mais une crevaison lente a eu raison de moi, impossible de finir j’ai préféré rejoindre les stands au plus vite. Premier abandon de ma petite carrière, ça me plait pas du tout. Thibault m avait prévenu, fallait pas le faire le cd de paris »). Arrivé au parc à vélo, je demande à un ‘officiel’ si il est pensable de récupérer des objets perdus. à priori, les bénévoles ramassent ce qu’ils peuvent en libérant les routes et les déposent à l’organisation. Tout n’est par perdu, continuons. par contre les jambes ne sont plus aussi fraiches qu’il le faudrait. Je me fais passer sans pouvoir m’accrocher. Agnès en me rattrapant à une autre idée: il faut le pousser ! Pour ne pas la décevoir, j’ai même allongé les dernières foulées …

Comme dirait Marc, je sais (et savais déjà) ce qu’il faut travailler : le Triathlon !

Je reviens sur mes clés. il ne fallait pas que la journée soit gâché par ce Pb. après avoir galéré pour trouver le bon ‘point de chute (sans jeu de mot) pour les objets trouvés, la trousse à outils m’a été ramené au PC sécurité (délestée d’une chambre à air !!!).

j’en profite pour passer les messages du moment sur le sujet et je m’associe aux remerciements envers TOUS nos supporters et participants du club (sans oublier les bénévoles pour mes clés) :

Agnès = Hello Yann. J’espère que tu ne t’es pas fait trop mal dommage et désolée pour toi ça doit être rageant 2 crevaisons c’est de l’acharnement… Ça doit être Thibault qui t’as envoyé un mauvais Karma.!. Il a donné son dossard à Tristan qui lui j’espère va bien et a fini! Malgré tout Je ne confirme pas SI IL FALLAIT Y ALLER. Dommage parce que la pluie s’est arrêtée magiquement de tomber, il y avait un courant d’enfer dans la Seine et ensuite énorme rayon de soleil sur le parcours. Mes appréhensions étaient largement au dessus de la réalité donc super expérience. MERCI A GUENAELLE ma supportrice de choc qui a bravé le réveil pour être au départ de la natation et d’ailleurs partout après !! Merci pour tous les encouragements le long de cette course. Merci à André qui m’a poussée en vélo !! Bravo à tous. A bientôt et bon été  à tout le monde.

Damien = Tu as raison Yann, dur de subir un abandon. Et tu as aussi raison, il faut se défouler et trouver un exutoire à cette rage. Cela dit, il me plairait d’être avec vous tous à Paris pour vous encourager Agnès, Nicolas, Elitsa, William, Alain, André et sûrement beaucoup d’autres du NST. Je suis au soleil à Toulouse et je pense à vous tous. Je vous souhaite de bonnes vacances sportives et ensoleillée (ce qui nous changerai de ces derniers mois).

Philippe W = Mon triathlon de Paris.

Juin : Dans un premier temps, je ne voulais pas le faire car je n’aime pas trop le vélo et je n’avais pas aimé le vélo à Paris en 2011 (groupes rapides avec 1/2 tours dangereux). Puis, en voyant le nombre d’inscrits du NST, je m’inscris dans les derniers et hérite de la Vague 3 (le seul du NST). Samedi 07/07 : je pose mon vélo le matin après avoir fait les queues sous la pluie avec Christophe et Serge D… Nuit de samedi à dimanche, pluie continue… « Put…, pourquoi je me suis inscrit ? » Dimanche 08/07 : je pose mes affaires dans le parc à vélo… sous la pluie.. Cela ne s’arrêtera donc jamais cette année. Natation : Je rentre dans l’eau dans le timing des organisateurs et alors que j’avance vers la ligne de départ, le starter retentit !! (a priori, ils n’arrivaient pas à retenir les 1ers… ) Finalement, après un départ rapide (l’énervement ?), je trouve mon rythme et sort de l’eau dans un bon chrono (vive le courant d’après pluie). Vélo : L’apocalypse, pas la météo qui est revenue au beau mais le long de la route : nombre incalculables de crevaisons et de chutes (2 cyclistes tombent juste devant moi à l’entrée du Bois et il y a tous ceux des vagues précédentes) : J’AI VRAIMENT PEUR !! Bilan, je rentre tant bien que mal en intégrant le TOP10… de ceux qui ont perdu le plus de places en vélo (-904 places !!). Yann m’encourage, rapide calcul dans ma tête et seule conclusion possible, il n’est pas arrivé au bout… CAP : Correct, pas de crampe, un rythme régulier et un retour en haut du Troca sur ma cible désignée (Christophe parti 20′ avant). Finalement, je suis plutôt content car j’arrive entier et au terme d’un petit sprint je fais 1h19mn et 59s !!

André = Pour finir : je rajoute des remerciements à Sébastien qui m’a proposé  de l’aide pour nous véhiculer, ma femme et moi, afin de chercher ces foutues clés ainsi qu’à Alain & Véronique qui ont attendu (toujours) ces foutues clés avant de partir. Finalement, je ne vous parlerai pas de mon score ! André.

Ce contenu a été publié dans Résultats. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Triathlon Paris 2012

  1. PhilippeC dit :

    A mon tour de vous livrer mes impressions.

    La nuit précédente, je me suis dit : ça y est, Météo France va nous refaire le coup des « pluies éparses » comme à Doussard. Pour les non-initiés, pluie éparses signifie déluge tropicale sous eau froide…. Les Sables d’Olonne de la flotte, Doussard de la flotte, Paris de la flotte… c’est une constante cette année… En route pour la dame de fer, je récupère notre future médaille d’argent NST au passage (Cyril) et nous voguons vers le parc (port ?).
    Après une installation rapide, combi, tong et départ vers pont d’Austerlitz avec Tristan. Des milliers de martiens en combi avec des bonnets rouges et jaunes, cela a de la gueule quand même. Ok, faut être de la partie pour trouver cela sympa… C’est la natation. Je me place, avoir nagé sous les kayaks en première ligne. Génial la vue, la seine est à 21°, tout va bien. C’est le GO du départ. Un peu de ménage autour de moi (depuis mon cocard à Chantilly, je n’hésite plus) et hop que du plaisir avec le Trocadéro en ligne de mire. Sortie de l’eau rapide, sprint vers la transition vélo, sympa les cailloux sous la moquette, je m’assomme à moitié avec la barre de fer en voulant ranger ma combi top-super-glisse et saute sur le vélo. Là, le problème quand on sort bien de la natation c’est que les groupes vélos qui se forment vont vite, très vite. J’ai eu un peu de mal à rattraper un groupe à mon niveau et après quelques frayeurs avec les attardés de la vague 1, Vélibs compris, sur qui on déboule à 40 km/h, j’ai pris le partie de faire un le parcours en touriste prudent parce que quand même le vélo à Paris en peloton : c’est chaud !
    Après le vélo et avec le soleil (enfin), vient : la course à pied … que dire de la C.A.P … que j’aurais négligé cette partie dans mes entrainements… qu’un 3eme ligne qui court c’est sympa mais cela ne va pas vite (chambrage d’un bénévole à Doussard « si ça marche pas le tri, j’ai une place pour toi au club de rugby »)… Bref après vu passer environ 700 paires de fesses, c’est l’arrivée au Trocadéro. Génial, Royal. Même des pom pom girls. Un coup d’œil au chrono… zut….. 2h23, j’ai pourri mon pronostic à 2h29 🙂 mais je suis super étonné par mon temps !
    Un grand merci à Guénaelle pour les encouragements, à Cyril pour l’aspiration, à Antoine D. pour rien (un jour je l’aurais), à André pour tout plein de chose et à vous tous cette super 1er année de triathlon avec le NST !

    Bon été à tous et rendez-vous à la Baule : ça va chauffer !

    Philippe.

  2. Manu dit :

    Bravo à vous tous. J aurais bien voulu être là mais après Nice on se lâche un peu et moi ce n est pas la matinée arrosée qui a eue raison de moi mais la soirée. En espérant vous voir bientôt sur un tri.

  3. herve foxy dit :

    andre!tu as fait ton boulot,comme a doussard.mais ne t inscris pas tout de suite a l embrunman,avant, je t emmene faire nice,le 23 juin,avec antoine D,guillaume H,thierry,bruno T,phillipe W,phillipe C,arnaud L,……et oui!les meduses ne doient pas m empecher de refaire ce beau triathlon!!!!!!!! bravo pour votre courage,etre finisher,c est bien!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  4. Guénaëlle dit :

    Aucun regret de mon côté de m’être levée aussi tôt que les participants pour aller les soutenir. La pluie au départ de la natation ne laissait présager rien de bon mais finalement, c’est sous le soleil que s’est déroulée la fin de la course. Bravo à tous !
    Guénaëlle

  5. Titi dit :

    Bravo à tous pour cette épreuve stressante.
    J’ai beaucoup pensé à vous le dimanche matin quand il pleuvait et que j’étais toujours dans mon lit…
    Bravo aussi aux supportrices(teurs) pour accompagner et supporter nos athlètes.
    Bonne récup

Les commentaires sont fermés.