EMBRUN 2013

Un petit mot quand même pour commenter la course de mon homme dont je ne suis pas peu fière…

Autant vous dire qu’avant qu’Arnaud ne commence sa course, je ne croyais pas trop au fait qu’il la termine.

Absolument pas du fait d’un manque de capacités de sa part, mais à cause d’une tendinite tenace depuis quelques mois déjà au pied gauche.

J’étais donc à la fois au moment du départ très déçue pour lui qui s’est entraîné comme un dingue toute l’année… mais aussi pour moi qui l’ai vu partir tant de fois aux entraînements en restant seule avec les enfants (les femmes de triathlètes me comprendront sans doute), qu’il me tenait particulièrement à cœur qu’il finisse cette course!

Grand jour, 15 Aout : Départ pour la course 6h du mat’ : un peu dur avec notre fils de 3 ans mais on l’a fait et on s’est tous levés à 4h!!! C’est pas tous les jours que papa va faire l’Embrunman!

Comme nous sommes arrivés sur place à 5 heures, je n’avais pas prévu qu’il y aurait à cette heure si matinale autant de spectateurs les pieds dans l’eau voulant prendre les meilleures places pour assister au départ natation. Je me dis que ça va être dur pour moi de trouver un bon emplacement. C’est déjà la bagarre entre toutes les supportrices pour savoir laquelle pourra apercevoir son homme!!! Quelle ambiance de folie en pleine nuit, il faut voir ça!!!

Ayant perdu la bagarre et donc échoué à me frayer un passage pour le départ natation (grillages de sécurité partout) je n’ai rien vu de la partie natation. Mince, quand même!!! Levée si tôt pour rater le début de la course et tous ces torses d’homme à la sortie de l’eau!!!! 🙂 Je m’organiserai mieux la prochaine fois!!!! Un peu déçue donc mais c’est pas grave! Arnaud m’avait dit « je sortirai en 1h30 pour la partie natation ». Comme je l’ai vu ressortir au bout d’1h19, je me suis dit qu’il était en forme et que c’était un super temps pour lui! Waouuu, déjà j’étais fière de lui car la nage, c’est pas son fort!

Je le vois donc au départ vélo avec les enfants, il a l’air bien… Après notre semaine de vacances aux Orres durant laquelle il a descendu et monté tous les matins pendant plusieurs heures jusqu’au col de la station des Orres, je me dis qu’il est bien entraîné pour assurer la partie vélo. Et effectivement, il fait un super méga temps à vélo (7h10) malgré un rayon cassé. Il double près de 700 concurrents!!!! Je le dis car il ne le dira pas 🙂 .

Il arrive donc de la partie vélo à 15h30. Génial! Égoïstement, je me dis que peut-être à 20h on sera rentré à la maison pour manger un plat chaud!!! Mais la première pensée dans ma petite tête: « oh, c’est dommage d’avoir fait un si bon chrono pour ne pas réussir peut-être à faire la partie CAP! » Je redoute de le voir déçu et triste…

C’est donc avec appréhension que je le vois commencer à courir en espérant qu’il puisse terminer son marathon. J’ai envie de verser une larme, ça me ferait trop de peine pour lui si ce n’était pas le cas… Je me reprends et l’encourage à en perdre ma voix! L’avantage à embrun c’est que le parcours CAP permet aux spectateurs de voir très souvent passer les coureurs. C’est alors rassurée et avec un plaisir non dissimulé que je le vois passer un certain nombre de fois devant moi. Sans grimacer, sans douleur aux pieds, à un rythme d’environ 10 km/h… Après tant d’efforts et un entraînement nul depuis plusieurs mois en CAP, je suis aux anges de le voir réaliser son objectif… « Notre objectif »!!!

Voilà, maintenant Embrun c’est fini, je voulais donc te dire:
« Je suis super fière de toi.
13h50 au total…
On a passé la ligne d’arrivée tous les 2 avec les enfants…
Un pur moment de bonheur…
Merci pour toutes ces émotions…
Toutes tes absences cette année en valaient bien la peine… »
Emmanuelle.

Ps: Un énorme bravo également à Damien qu’on a encouragé et qui est venu à bout de ce triathlon difficile!

Emmanuelle.

Ce contenu a été publié dans Résultats. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à EMBRUN 2013

  1. Damien R dit :

    Ah, j’oubliais, j’ai mis 15H40′ pour boucler l’embrunman 2013…
    Et je voulais dire à Emmanuelle qu’elle a raison d’être fier de son homme.
    Bisousss

  2. Damien R dit :

    bonsoir à tous,
    voici en quelques mots le résumé de ma course:
    14 août 2013, je me sens prêt à affronter l’embrunman le lendemain…
    15 août 2013: lever à 3H45 pour prendre un méga petit déj avant de me rendre à Embrun (45 minutes de route de mon lieu de vacances).
    Dans la voiture, je mange encore quelques pâtes sucrées et un morceau de gatosport… je me force car je vais avoir besoin d’un maximum d’energie. je bois aussi ma boisson d’attente.
    J’arrive dans le parc à vélo et il me reste 5 minutes pour préparer mon engin avant le départ.
    j’enfile la combinaison et je me dirige vers la mise à l’eau. Arnaud me semble chaud, il est prêt à défier cette grande course.
    Je sens déjà mon ventre oppressé par ma combinaison… je me suis trop gavé…
    Il fait nuit et c’est le départ. Je nage comme je peux au milieu de la foule. C’est la bagarre mais elle est moins violente qu’à Nice;
    Je me sens porté par le flux des concurrents et le premier tour se passe bien. Au milieu du deuxième, mon ventre gargouille et je m’imagine lâcher le contenu de mes tripes au milieu des nageurs. cette idée me fait sourire mais pas mon mal de ventre…
    j’hésite à m’écarter du peloton pour me soulager mais pris dans la course, je finis la natation. 1H18′, je suis content de moi.
    Arnaud arrive en même temps que moi au vélo. Il m’encourage et semble en pleine forme. Je lui dis que je vais rouler à mon rythme et que j’ai mal au ventre.
    C’est parti sur le vélo, j’espère que je vais digérer… dans la première montée, tout le monde me dépasse. je voulais rouler doucement mais là quand même… et en plus je n’ai pas l’impression de m’économiser! 🙁
    Ensuite, cà va un peu mieux, je double doucement les concurrents. j’ai mal au ventre mais je me force à boire et à manger. Je me dis que cà va passer.
    La montée de l’izoard se passe plutôt bien. Je double des dizaines de concurrents et seul un cycliste me double. Mais ma montre indique 1H20′ minutes de montée alors que lors de la reconnaissance, j’ai mis dix minutes de moins sans forcer davantage. Je me dis que je ne suis pas si bien que cà…
    Je fais une super descente jusqu’à Briançon et ensuite, je roule correctement mais ne me sens pas très bien… mon mal de ventre est présent tout au long de la course. des pics douloureux assiègent mes flancs… grrr
    J’arrive à la transition en forme avec simplement mon mal de ventre latent et quelques minutes de plus que mes prévisions…
    Les masseuses tant vantées par Manu, et bien ils s’appelaient Gilles et Ludovic pour moi… Alors je ne suis pas resté 30’… 🙂
    Après 2 km de course à pied, je m’arrête sur la digue et pense pouvoir soulager mon ventre… rien! pfff
    Je repars avec mon mal de ventre. je cours jusqu’au kilomètre 8 ou 9 puis, je ne n’ai plus de souffle pour courir…
    Je crois que mon ventre absorbe l’oxygène dont mes jambes ont besoin… la douleur abdominale est de plus en plus vive et insistante.
    Je cours quand la pente m’est favorable et alterne marche et course sur le reste ddu parcours. j’enrage car c’est justement ce que je ne voulais pas. je veux courir mon marathon…
    j’ai honte car ma famille et mes amis qui m’ont tant soutenu ne méritent pas celà. Moi non plus d’ailleurs…
    Honteux de marcher mais si je m’arrête j’aurais encore bien plus honte alors je finis comme je peux. Je n’arrive plus à manger depuis longtemps et me force à boire un peu d’eau de temps en temps. Il faut rester lucide jusqu’au bout tant pis pour mon chrono. Je vais rentrer dans les temps mais je suis loin de mon pronostic…
    Il fait nuit et tout ces spectateurs qui m’encouragent. Merci à eux, cette course est géniale…
    Je me fais draguer au dernier ravitaillement par une charmante jeune fille bénévole. J’hésite à rester à discuter avec elle mais le chrono tourne… 🙂
    J’arrive enfin sur le tapis bleu. Je me met à courir pour finir et c’est avec mes trois fils que je franchis la ligne d’arrivée.
    J’ai un médaille et un tee-shirt mais j’ai déjà en tête le prochain Embrunman que je finirais en courant…
    En attendant, je remercie sans limites mes amis, ma famille et tout mes ssupporters qui m’ont soutenu sans faille dans ma préparation et au delà de ma course.
    MERCI.
    Et félicitation à Arnaud qui finit en héros cet Embrunman. respect!!!
    Bises à tousssss

Les commentaires sont fermés.