70.3 Aix en Provence

Ma version des faits

Hop il est 7h57 lorsque la plus grande vague de cette 3ème édition s’élance. Quelques minutes avant j’avais fais la connaissance de la team SUQUET. J’avais aussi pas mal discuté avec Will dans le parc à vélo. Bref tout le monde se jette à l’eau. Je pars complètement à gauche pour éviter la baston. Tout se passe bien et je sors en 37min. Ce qui est bof mais qui correspond à mon meilleur chrono sur 1900m. Arrive T1 et un grand moment de désespoir car je ne trouve pas mon sac de transition. Obligé de demander à un bénévole. Je perd pas bcp de temps dans l’histoire. Me voilà sur la machine, prêt à rattraper mes deux compères. Les premiers km sont roulant. Ça drafte et ça me saoule. Après l’allemand du Luxembourg voilà que je me prends la tête avec l’américain d’Aix. Je ne le reverrai plus dès la première bosse.
Le parcours est plus roulant que celui de l’année dernière mais reste usant. Bim au 25eme km je perd mon aimant de compteur de vitesse. Plus aucune info du coup. 35eme je vois du bleu ciel. C’est le père Romge sur son vélo. Je lui lance un ‘YEEEEEPA’ en le doublant. Je vois bien que le bougre s’accroche. Je roule fort mais il tient, un temps. 45eme km et c’est Will que je retrouve. ‘Ho my god je t’ai déja rattrapé’ que je lui lance pour lui remonter le moral Je lis la surprise et l’inquiétude sur son visage. Par la suite j’assiste à 3 grosses gamelles dans la descente technique. Ça calme. La montée du col de cengle passe bien mais je dois m’arréter deux fois dans la descente pour saut de chaine. Foutu plateau ovales! Je termine en 2h40.
Bimmmm c’est parti pour le semi. Très difficile je trouve. Ça monte, ça descend. Bref ça détruit les cuisses. Je tiens un bon rythme pendant les 10 premiers km. Ensuite ça se gate mais je gère. Je termine le semi en 1h33. Temps final: 4h59min44sec, 199eme de la course sur +1600, 36eme de ma caté sur +200.
J’enchaine sur le massage mais bcp moins sympa que l’année dernière. Je retrouve Will au buffet. Il a pas l’air super ravi mais bon pendant au moins 10km il a pas couru bcp moins vite que moi j’ai trouvé. On se croisaient quasiment aux mêmes endroits.
J’ai assisté à la remise des slots. Le 15 ème de ma caté à récupéré le 8eme et dernier slot pour les championnat du monde. Il me reste encore 20min à gratter pour espérer quelque chose.

Bref le triathlon c’est fini pour cette année. Place au repos et à la saison de CAP.

Aix l’année prochaine ce sera le 14 mai. Idéal pour ceux qui préparent Nice.

La bise!

Guillaume Hamon.

Ce contenu a été publié dans Résultats. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à 70.3 Aix en Provence

  1. Jérôme dit :

    C’est une délégation de 3 NSTiens qui s’est déplacé ce we à Aix pr l’Ironman 70.3: Guillaume Hamon (dit Guil’), William Levy (dit Will) et moi même (dit Romgé)…
    Beau we ensolleillé avec parcours au top: 1.9km ds lac, 90km de vélo très vallonné avec vues provençales magnifiques autour du Mont …, 21.1km de cap dans Aix avec arrivée sur la Rotonde.
    Le dimanche, départ 7h57 derrière les vagues nanas et élites. Notre vague (-40ans) est la plus importante (800 tordus) avec départ sur la plage.
    A ce moment là, nous sommes séparés. Je m’installe tranquilou juste derrière la banderole en 1ère position (pour suivre les conseils de Yann, notre number one du NST). Lunettes installées…buée sur le verre gauche (c’est important les pbs de dernière seconde ); bing ca part à fond; Etant devant je pars aussi à fond (aie)… Bonne baston sur 300m… Des coups à droite, à gauche… Et c’là que je me rend compte que je suis carbo… (Faudra s’entrainer à ces départs sprintés à la pistoche)… Me calme et retrouve un rythme plus normal; je finis avec un peu de zig-zag en 32′.
    Transition correct; c’parti pour le vélo, avec 15zaine kms roulant. J’appuie autant que je peux, amorce les différentes côtes plutot pas mal… Le Jet Guil’ me double vers le 40ème (je crois) en me gueulant je ne sais pas quoi mais qui a l’air chaud de chez chaud!… Du coup j’appuie plus (la fierté du coq) et en bon José je décide de le prendre en chasse en me cramant un peu (ou beaucoup…difficile à dire:) ). C’est donc entre 45 et 55kmh qu’on roule comme des fous en doublant pas mal de gars… C’est super (NB: ce n’est pas du drafting mais de la course d’équipe ;)). Vers le 50, on rejoint Will (qui est donc sorti 1er de la nage) et on roule un petit moment à 3 jusqu’à ce que Guil oublie la solidarité si chère à ce club et nous fausse compagnie en partant seul devant.
    On se tire donc la bourre avec Will…; sachant que la cap sera difficile (pas d’entrainement de mars à août cause genou), je reste en mode José et (je crois) avoir distancé mon acolyte dans une descente. Je franchis la ligne en 2h48 à 32 de moyenne, chu content…
    Stop et fin; commence alors un calvaire sur 21km. Les jambes sont lourdes, j’avance plus et cours comme je peux en me rafraîchissant un max aux ravitos.
    Je croise Guil qui a l’air frais comme un gardon (et qui a donc presque un tour d’avance sur moi), c’cool on se check’ au passage. Comme prévu, Will me dépasse sur le 2ème tour, on s’encourage . C’est top dans ces moments où on est au mieux de sa forme, d’avoir les encouragements des collègues.
    Le quatrième chouchou (pas pour me le mettre ds ls cheveux / mais celui qui signifie que la finish line est proche est une délivrance! Je finis tant bien que mal les 4 tours en 1h58… Et donc le tout en 5h28 (564ème/1600). Belle course et sympa de la faire avec mes potes NSTiens que je laisse compléter le récit!

  2. william dit :

    Bon ben un petit mot pour moi pour une fois. Cadre sympa organisation très pro.
    Et deux Nst à mes côtés,
    Ça commence par un départ en car a 5h30 d’Aix-en-Provence pour le lac de peyrolles. Grande conversation avec Guillaume dans le parc a refaire la course et à se demander quand Jérôme va se pointer. Le voilà enfin à 10 min de la fermeture du parc très cool. Je dois très vite les abandonner ensuite pris d’une envie pressante qui va virer à la torture car je ne suis pas le seul. Ensuite petit bain d’échauffement avec une eau plus chaude que l’air l’idéal.
    Ensuite attente du départ en première ligne et sprint sur 100 m. Une formalité qui me permet de rester avec le groupe de tête environ 5 mon puis comme d’hab je relâche un peu tout en les ayant à vue . En plus des bouées classiques très vite on croise les bonnets roses des filles parties 5 min avant. Zig zag puis arrivée, sortie d’eau . Un bénévole me dit alors tu es dans les 50 . Ou lala, m’en faut pas plus je bombarde jusqu’à la transition . Me change en un éclair ou presque et me lance tout de suite à bloc pour éviter un retour trop rapide des compères que je sais être meilleurs. Moi je remonte des mecs c’est possible, en fait surtout des féminines mais bon ça motive tout pareil sauf que tout le monde connaît le Will . L’équilibre des forces reprend ses droits et le défilé des cyclos commencent par grappe de douze car a priori c’était draft ouvert. Aucun arbitre n’a levé le petit doigt. Beaux paysages , routes fermées et peu importe l’avis des puristes des passages bien cassant mais sous un beau soleil. Je me prend à espérer mais au 45 vient le coucou de Guillaume marqué à la culotte par Jérôme et autre. Je dis merde effectivement car je vois tout de suite ce qu’ils vont me mettre dans la musette mais Jérôme décide de faire un bout de route avec moi jusqu’au dernier ravito ou prenant une petite gourde tranquille celui ci file avec nos suceurs de roue attitrés. Tant pis, je finis le parcours à mon rythme.
    Transition éclair aussi, je me dis que mon niveau cap va me permettre de me refaire la cerise et cela se confirme sur le premier tour oú je remonte du monde . Je me suis promis un rythme de 12km/h et je navigue au dessus sans soucis. On a quand même dans un parc une côte courte mais raide qui m’inquiète un peu car on doit de la faire 4 fois. Mais bon je suis bon ou pas( lol ). Second tour je croise en sens opposé Jérôme et me prend à espérer ( mon coco, rêve) d’autant plus que j’ai passé Jérôme scotché dans un des nombreux faux plats du parcours.
    Mais au début du troisième tour tout se gâte. Ça commence avec des crampes d’estomac moi qui n’a jamais eu ça en ironman, la je dois marcher pour soulager mon bide. Tant pis je ralentis ( cocktail eau coca pulpe d’orange à ne plus reproduire ) et je vois à nouveau le même spectre qu’au vélo ,moi en mode tripode de métro à comptabiliser tous les athlètes qui me depassent en ayant trois chouchous comme moi. Au fait trois ça signifie que je dois repartir en ayant pris le 4ie . Là, la lucidité commence à faire défaut, heureusement un membre du staff attend devant le tapis bleu et vous gueule dessus pour emprunter la voie royale.
    Voilà fini 92 sur 218 en car 35-39
    520 sur 1600 pour affiner et tirer des leçons
    Natation 29’03(88)
    t1 5’09
    Velo 2h56’36 (635) RIEZ PAS
    t2 (2’46)
    Cap 1h51’56 (550).

Les commentaires sont fermés.