Fred à New-York

L’ANECTODE :  Le marathon avant le marathon

Ayant réservé mon dossard 1 an a l’avance , protocole quelque peu obligatoire pour courir le mythique NYC Marathon , me voilà presque prêt a en découdre avec les américains 😉 La semaine précédant ce fameux marathon s’inscrit dans les vacances scolaire ou ma charmante femme eu la bonne idée de m’inviter a l’accompagner a Barcelone pour son séminaire … Aller ,  l’idée me plait mais s’occuper d’un bébé et deux autre enfants du matin au soir … Hummm fatigant … La mise au vert n’en fut pas une , puisque de musées en expos et de parcs en fast-food, zoo et plage, les kilomètres défilent sous les pieds sans pouvoir vraiment s’exercer … Mais bon on va pas se plaindre Barcelone est quand même une très jolie et chouette capitale Catalane et j’étais heureux d’être là … jusqu’à ce jeudi soir ou nous nous sommes retrouvé dans un bar a tapas au demeurant très sympa … C’est a la sortie que je m’aperçois que ma sacoche accrochée à la poussette  avait disparue : ET LA C’EST LE DRAME : passeports, cartes d’identités, cartes bleues, permis de conduire … Et je vous en passe : TOUT avait été volé !!!! ET LA LE STRESS C’EST INSTALLÉ.

Et nous voilà donc parti pour le marathon de l’administration : commissariat, ambassade, préfecture, et maire de Nogent sur marne pour finir qui, il faut bien le dire, si il n’avait pas été la, le NYC Marathon, je l’aurai regarder a la télé dans mon canapé …

Donc un grand MERCI au cabinet du maire et au service des passeport qui ont été irréprochable et d’une grande efficacité.

Voilà le jeudi, midi moins dix, nous étions dans l’attente sur le pas de porte de la mairie a patienter si oui ou non les passeport arriverais ???? Pour un avion qui décolle a 14h ça risque d’être  chaud … Ou pas ….

OUF ILS ARRIIIIVENT et nous voilà filant a l’aéroport avec en sus les visas a refaire entièrement (trop fastoche sinon) ÇA Y EST … Nous sommes dans l’avion avec des gens qui vont aussi faire le marathon (le vrai) qui plaisantent,  et la, seulement la, je retrouve se le sourire … L’enjeu financiers était quand même de taille !!!

Tout ce passe bien (enfin) sauf pour bébé qui attrape 39,5* de fièvre … Il manquait que ça …hum +  le décalage ‘pas facile les nuits hein !!!

THE NYC MARATHON

Lever dimanche matin 4h15 !!! Ça pique, préparation 5h ouverture du ptit déj 5h30 départ groupe à pieds pour prendre le ferry a 6h pétante direction Staten Island … Après X contrôles,  fouilles,  re contrôles, nous voilà au fort de Staten Island  a 6h20 pour un départ a 9h40 !!! La sécurité, au States, ça plaisante pas, mais delà à ce faire chier 3h30 a 2 degrés … Alors café chaud, banane, recafé chaud … Pas trop parce que après faut faire pipi !!! Donc faire la queue !!!

L’APOTHÉOSE : le départ enfin tant attendu, après avoir ôter les triples couches de polaires nous voilà enfin a entamer le « famous » pont de Verrazzano reliant Brooklyn … Départ tranquille,  toutes les personnes sont aux anges … Photo et vidéo viennent a arrêter certains marathoniens …

Mais le clou du spectacle est de l’autre côté des barrières … Après avoir passer le pont on commence déjà a apercevoir des cris d’encouragements et une foule incommensurable s’agglutine  pour nous encourager …

Le NYC Marathon est contrairement à Paris un vrai événement pour les new-yorkais , ils se lèvent le matin pour en faire leur principale préoccupation du  dimanche … Encourager les participants est leur façon a eux de faire parti intégrante de la course et c’est gratifiant … Cris, hurlements, concerts de toute ethnies , chants , sirènes , encouragements, pompiers, police (1 tout les 2 mètres), militaires, religieux, déguisés, applaudissements etc…  nous pulvérisent a l’arrivée, même avec un vent glacial de face et des dénivelés long, voir interminable .. et oui,  la bas tout est grand même les ponts …

Ma course fut fluide jusqu’au 26eme k ou je suivait le meneur d’allure des 3h30 et puis je l’ai laisser partir pour assurer la fin que l’on m’avait dit difficile puis au 36eme k des crampes horribles m’arrêtais définitivement : vite de l’eau fraîche sur les cuisses, des étirement et de la marche à pied pendant quelque centaines de Mètres.  La … on regrette les musées,  les expos,  les monuments,  les tapas,  les hamburgers et la marche à pieds. Re-trottiner  tout  doucement et finir à l’arrache en 3h52 … quand même 13mn de moins qu’au marathon de Paris. Même si je cherchais un peu mieux,  je me satisferai de cette mythique course …. De son public génial … Et de mon moyen temps !!!

Bon, le dernier hic quand on passe la ligne,  faire encore 3km dans Central-Park (en mode mort- vivant) afin de rejoindre sa compagne qui elle aussi s’est perdue 🙂 Et voilà : une bonne pinte de bière bien mérité, un vrai hamburger américain que l’on va apprécier sans modération et déjà la tête dans une prochaine course ….

Fredbar

Ce contenu a été publié dans Résultats. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Fred à New-York

  1. Arnaud dit :

    Quelle aventure… Il fallait bien un an pour préparer ce Marathon dans de telles conditions 😉
    BRAVO !!

  2. Delphine dit :

    Je voulais dire, l’ambiance avait l’air top!

    D’autres amis m’ont décrit la même chose. Ca donne envie!

    Del

  3. Delphine dit :

    Félicitation!

    L’ambiance alors top!

    Del

  4. GuillaumeM dit :

    Ca fait rêver!! Bravo 😉

Les commentaires sont fermés.