Deauville et ses planches

Un petit tour du côté de Deauville pour un half avec du dénivelé (+1200m), 3 petits tours de vélo et une CAP sur 4 tours avec les fameuses planches de Deauville.
Un vrai half, enfin presque, 1.9 en nat / 96 en vélo et 21 en CAP.
Le samedi dans le parc, on se retrouve tous, on est ensemble côte-côte, on continue de se marrer (ça détend et fait tomber la pression…), il pleut mince encore un tri sous la flotte !!! Décidément…, mais cela devrait se découvrir dans la matinée semble t’il, la météo quoi !!! et cela se découvrira avec le vent…
Va, on file au bord de mer, 17°c ils annoncent, 17 ça fait froid aux pieds tout de même et quand l’eau entre… hum quel bonheur. On barbotte entre NST, on continue de se marrer et d’appréhender la nat et l’épreuve…
Ca y est, c’est parti, on court dans le sable, enfin on court avec le monde devant, c’est compliqué, plouffff dans l’eau, pas le temps de dire c’est froid, faut nager, 1ere boucle se passe sans encombre, en dehors de la baston qu’il y a dans l’eau, des vagues, du courant, des bouées que l’on ne voit pas, du coup de coude dans l’œil (m’écrasant à nouveau la tronche), la nat !!! y avait longtemps que je n’vais pas connu cette baston, 2eme tour, tiens Antoine qui rigole, et là c’est le drame, courant à la con, je m’éloigne de la 1ere bouée, je suis en dérive et je me fis au bonnets rouges, impossible de voir la bouée rouge (elle aussi), je nage, que dis-je rammmmme OUI !!!!, j’en chie et je sors avec un temps à la con, décidément la mer+la combi ne me conviennent toujours pas… je retrouve en T1, Antoine/Nico, et je pars chercher le vélo avec les encouragements d’Antoine (merci Antoine tu m’as bien fait rire en Inside)
Le vélo, comme d’hab, je m’amuse, j’envoie mais pas trop, on roule avec un groupe mais mouah devant (y aura des témoins qui pourront prouver que j’étais devant) et les témoins sont nombreux, en fait tous ceux qui sont sortis avant moi et ils sont nombreux du NST, alors je les passe un à un pour finir sur Franck (que je croyais sur le CD, le coquin), sacré Franck !!!
3 tours à jouer sur un parcours intéressant et non plat, une côté de St Laurent à 19% (et non 15%) la 2eme portion après le petit plat fait 19% et la dernière avant la vue sur la mer est de 15%, eh oui pas mal pas mal… entre temps, nous sommes passées par 500m VTT et une route refaite par Eiffage(j’aimerai pas travailler chez Eiffage, une vraie merde la réfection !!!!), une honte cette portion surtout avec la pub qui était faite à l’entrée et la sortie de cette portion, mon cul et mes bras s’en souviennent encore.
Retour T2, peu de vélo, ça fait bizarre et pas un NST et c’est parti pour la CAP. J’ai des jambes mais je dois tenir car les coureurs vont revenir vite sur moi. Vent de face, très chaud, très soif, on se croise avec le NST (ça c’est sympa), on contrôle les écarts (c’est sympa aussi), on entend les encouragements, les photos, du top, on reconnait les accompagnatrices et même ceux du CD/relai sont là, vraiment du top. Mon Francky me passe mais là pas à 200m, au 15 je crois, il a bonne et fier allure, trop fort pour moi, peux pas suivre et je le laisse filer, pas le choix. « Mince ça va revenir fort, Romaric court plus vite que moi, faut tenir »
18km, ça secoue, les jambes sont très dures, faut finir, faut finir, entre temps, Guil me passe, Elitsa m’encourage au ravitos, Thierry L. me suit en vélo, allez km20 maintenant on finit… arrivé avec ma fille (mon garçon trop timide pour courir sur tapis bleu), terminé.
Ravitos après course, une fontaine où on se trempe les pieds et jambes pour se refroidir… punaise ça fait du bien et de boire une bonne bière bien fraiche, le top !!!, on échange sur la course et on se marre encore. Sont cons ces triathlètes, petites photos, congratulations et on retourne à l’arrivée pour voir les autres.
Voilà un petit résumé de cette course à refaire. Oui à refaire.
Merci aux filles – femmes / enfants / NST pour avoir criés, gueulés sur les bleus du NST.
Merci à ma fabuleuse photographe perso que j’ai épousé et à mes enfants avec des cloches et VUVUZELA qui font du bruit.
Encore un bon souvenir et beaucoup d’émotions.
Titi, qui doit vraiment travailler cette foutue CAP… hein Francky (« lui faut que je le noie à la piscine, j’ai pas le choix… »)

photos souvenir : https://picasaweb.google.com/lh/sredir?uname=jouan.celine&target=ALBUM&id=6025169666830170577&authkey=Gv1sRgCNXS5MrDr5faLQ&feat=email

Ce contenu a été publié dans Résultats. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Deauville et ses planches

  1. Will dit :

    Tu nous régales avec tes récits titi , la prochaine fois j’en serai mais la Nice oblige

Les commentaires sont fermés.