Triathlon de l’Alpe d’Huez

Salut à tous,

Après Cannes et Aix voici maintenant le récit de mon challenge 2014, le LD de l’Alpe d’Huez.

Initialement je voulais faire le parcours courte distance, mais après une sortie vélo avec Hervé c’était décidé je ferai le long !

En étudiant un peu mieux les détails de cette course, je me rends compte des difficultés qui m’attendent…Pas de panique il me reste du temps pour m’entrainer.

Les mois de préparation s’enchainent ainsi que les triathlons et me voilà très vite arrivé à cette fameuse échéance.

Je découvre en voiture la montée de l’Alpe d’Huez…Premier coup de panique ! Heureusement avec Denis, Manu et Sylvie nous avons fait une « petite sortie » vélo (4h avec 2000m de dénivelé !).

Mercredi matin, 6h le réveil sonne et me voilà toujours en face du traditionnel Gatosport à faire le vide dans ma tête. Je sais que la journée va être longue et qu’il va me falloir de l’énergie et du mental. J’ai mal dormi, je suis fatigué avant même d’avoir fait le moindre effort…c’est pas gagné !

Je descends au lac du Verney, pour préparer la transition vélo. On se retrouve entre membres du NST et ça fait du bien de voir des visages connus. Il ne fait pas bien chaud et l’information fatale tombe…la température de l’eau est de 13,8°C. Horreur, en 5 secondes mes pieds sont gelés. Pire encore je n’arrive plus à respirer, mes poumons sont comprimés, mon visage paralysé…Avec Luc, Delphine et Manu, nous attendons sur les rochers que le départ soit donné.

Pannnn c’est parti pour 2,2 Km, en plus du froid c’est la bagarre ! Pendant 1 Km la natation se transforme en combat de box, un coup à gauche, un crochet du droit, hop un coup de pied esquivé…au moins ça me réchauffe un peu ! Malgré le froid et la bagarre je commence à prendre du plaisir à évoluer dans cette eau. Je sais que chercher un temps dans la natation est raté donc autant profiter…Je sors finalement en 43 minutes.

La transition 1 est désastreuse…je suis complètement paralysé. Mes mains, mes pieds et mon cerveau ne fonctionnent plus. Je tombe sur le tapis car mes jambes ne veulent pas avancer…J’ai tellement froid aux mains que je n’arrive pas à enlever ma combinaison. Merci Luc de ton aide !! Je pense que sans ça je restais dans le parc à vélo avec ma combi accrochée au pied droit !!

Et voilà c’est parti pour 115 Km de vélo, la course commence vraiment maintenant. Les 25 premiers kilomètres sont très roulants. Je décide donc de rattraper un peu de temps. Me voilà très vite arrivé à la première difficulté du parcours, le col de l’Alpe du Grand Serre. Les doutes s’installent, vais-je être capable d’endurer ça pendant 5h encore ? On continue et on verra bien ! Je me mets tout de suite sur le grand pignon et je mouline ce que je peux. La montée est interminable et pentue en prime !! Je croise Luc et on se motive. Arrivé au sommet je me dis et de un, place au deux autres !! Comme à Aix, mon moral est boosté et me voilà vraiment parti pour en découdre avec cette course. Je sais que je ne vais rien lâcher et que même en rampant j’irai au bout ! La descente qui suit est top, ma vitesse décolle et je cède que très peu de place. C’est au ravitaillement de Valbonnais que je récupère mon sandwich…ça fait du bien d’arrêter les gel deux minutes ! Puis la deuxième difficulté arrive, le col d’Ornon. J’essaye de garder une bonne allure et petit à petit je remonte quelques places, mais avec le vent en pleine face cela devient de plus en plus dur. Coup de panique, je sens tout l’arrière de ma cuisse se cramper. Je profite du ravitaillement en haut du col pour boire beaucoup et m’étirer. Je vois alors Hervé qui ne s’arrête qu’une minute. Il a l’air en pleine forme !! Je le suis dans la descente du col et le laisse filer afin d’être le plus frais possible pour la montée de l’Alpe. Ce qui devait arriver arriva, les 21 virages sont toujours là et aussi pentus ! Dès le premier virage je sens l’arrière de ma cuisse bruler…conclusion, il va falloir monter en danseuse. C’est donc debout sur les pédales que je passe un à un les virages. Je profite du plat des virages pour me reposer les cuisses et relancer la machine (mais le plat est trop court). Que c’est long et pénible mais bon tout le monde semble dans le dur…Finalement les virages continuent de passer, arriver au virage 10 je me dis que j’ai passé la moitié mais du 9 au 5 cela me semble interminable. Je prends à la volée les bidons au ravitaillement en me disant que si je m’arrête je ne repartirai pas. Puis arrive le virage 3 puis 2, 1 (jusqu’au bout c’est dur !!). Au final j’ai mis environ 1h20 à monter ces 21 virages…1h20 debout sur le vélo à batailler. Je dépose le vélo après 5h39 de vélo (bien au dessus de l’objectif que je m’étais fixé).

La course à pieds commence et mes cuisses répondent plutôt bien en revanche impossible d’envoyer du rythme de toute façon le chrono ce n’est pas pour cette fois alors tant pis pour l’allure ! Sur la fin de la première boucle je cours pendant quelques minutes avec Alexandra Louison qui est en train de finir sa troisième boucle pour se diriger vers la ligne d’arrivée…plus d’une heure d’avance, ça fait un peu mal quand même ! La deuxième boucle arrive, je garde mon rythme, le parcours n’est que montées puis descentes, il n’y a presque pas de plat. Je garde toujours la même formule aux ravitaillements, eau-coca-tuc-coca-eau et c’est ainsi que j’enchaine sur la troisième boucle. Le rythme reste à peu près stable et je suis sûr cette fois-ci d’aller jusqu’au bout en courant. Je récupère le dernier chouchou qui me permet de prendre le chemin de l’arrivée. L’arche se profile et voilà c’est fait…8h36 avec la course à pieds bouclée en 1h56 (pour 22 Km).

Conclusion de cette épreuve, c’était magnifique. Le parcours était exigeant du début à la fin. Il fallait vraiment batailler sur chaque épreuve pour finir. Le paysage en vélo est spectaculaire et la montée de l’Alpe est mythique, on se croirait presque au tour de France. Les spectateurs nous encouragent en criant notre prénom. Certains étaient même déguisés. L’organisation était au top (mis à part la rupture de stock de Tuc sur ma dernière boucle à pieds !!). Nous avons tous réussi à finir ce jour là et la présence de Sylvie, Denis et Nico pour nous encourager était géniale, merci à vous !

A bientôt pour d’autres aventures !

Ce contenu a été publié dans Résultats. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à Triathlon de l’Alpe d’Huez

  1. Guillaume dit :

    42*23 : a moins d’etre Lance a sa grande époque (vous aurez compris!!), tu coinceras!

    Comme dit Titi, ca donne envie d’en chier…
    Bravo a vous tous et Max pour ton récit 😉

  2. arena dit :

    Merci Max pour l’info. Sur mon (vieux) vélo je suis au mieux à 42×23, peut être bon pour la « grimpette » mais pas pour ce genre d’exercice !

  3. Moriot dit :

    un triple plateau et tout ira pour le mieux …

  4. moriot dit :

    un triple plateau et tout va …

  5. Max Bresj dit :

    Pour ma part j’étais en 34×28…et ce n’était pas de trop !! 😉

Les commentaires sont fermés.