Géraldine à CHOISY AU BAC, un autre triathlon en parallèle à l’ETANG DES BOIS

Retour d’expérience sur un triathlon de ce début de saison : Le triathlon de Choisy au Bac a lieu mi-mai sur une distance L avec une natation dans l’Aisne (fleuve étroit à cet endroit), un parcours vélo peu vallonné (D+ 640m) et un parcours de course à pied plat.

L’intérêt de ce triathlon est multiple :

–           Sa programmation est assez tôt dans la saison,

–           Sa proximité avec Paris avec un départ à 12h30 qui permet de venir le matin de la course et repartir ensuite sans trop de difficulté,

–           La maturité de l’organisation : le parcours vélo est ouvert à la circulation mais il y a des bénévoles à chaque changement de direction pour réguler la circulation.

Nous étions 22 féminines sur la version 2016 pour un total de 386 participants. La course est également ouverte aux relais.

La natation se fait en partie dans le courant (1.400m) et l’autre partie en contre-courant (600m) mais le fleuve étant étroit à cet endroit, il est possible de se laisser porter dans le pack et nager dans le sillon des nageurs devant soi. Je n’ai jamais brillé en natation et je termine en 36’32’’ ce qui n’est pas un bon temps (257ème) mais plus encourageant que mes résultats habituels. Il est vrai que la trajectoire est simple à suivre alors que d’ordinaire, j’ai un vrai problème d’orientation et de trajectoire. Je parcours toujours 10% de distance de plus…

Je sors de la natation pour constater qu’encore une fois, de nombreux vélos sont partis y compris ceux de mes homologues féminines L. Toutefois, je suis toujours contente de sortir de la « machine à laver » et je sors du parc après une transition médiocre de 3’46’’.

Le parcours de vélo, relativement plat, avec peu de relances, autorise de prendre un vélo de chrono avec, pour certains, de très gros développements. Après avoir passé une semaine en montagne, je me permets de pousser un peu en gardant en tête qu’il faudra aussi finir le semi et que cela reste ma 1ère expérience de la saison après un break de presque 2 ans. Je roule autour de 30km de moyenne et beaucoup de kilomètres « ne comptent pas ». Pour moi, ce sont les kilomètres qui ne coutent aucun effort c’est-à-dire en descente ou faux plat descendant où il ne coute rien d’un point de vue musculaire « d’envoyer un peu ».

Je boucle le vélo en 3h après avoir rattrapé quelques places et à peu près bien au niveau des jambes.

Je pars pour la course à pied après une transition correcte (j’avais déjà enfilé mes chaussettes J) et je commence mon 1er tour sur 3. Un peu dur ce 1er tour mais ça tient et ça va de mieux en mieux. C’est là que je récupère le plus de places (62 au total) et lorsque je dépasse quelques filles, nous nous encourageons. Ça, c’est le côté très sympa : nous avons beau courir sur la même course, il y a une forme de solidarité qui fait que nous nous soutenons. J’aime beaucoup cet aspect de la course et ce n’est malheureusement pas toujours le cas.

Finalement, j’arrive 2ème féminine en 5h20’04’’ 210 au classement sur 386 participants. Très étonnée de ce résultat et en même temps très fière parce que les efforts à l’entrainement ont été récompensés… Moralité : inutile de tout donner en vélo et se méfier des parcours plats. Si la grande masse des triathlètes donnent tout sur ce type de parcours, cela laisse de la place à ceux qui n’ont pas oublié qu’ensuite il y a la cap.

Géraldine

Ce contenu a été publié dans Résultats. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.