Ironman & 70.3 Vichy 2017

Le 26 et 27 août avait lieu la 3ème édition de l’Half-Ironman et l’Ironman de Vichy.

Le parcours est réputé pour être rapide: natation dans l’Allier entre 2 barrages donc sans courant, 450m de D+ sur la boucle de 90km de vélo (boucle effectuée 2 fois sur l’IM) et une course à pied sur les bords de l’Allier et dans les jardins de la ville. La problématique est surtout la gestion de la chaleur qui est caniculaire en cette fin de mois d’août. Cette année, la combinaison a été interdite pour cause d’eau trop chaude (25,1°C le samedi matin à 5h).

François Nicollet était aligné le samedi sur le half:

Le vendredi, après 4h30 de voiture pour descendre jusqu’à Vichy, je récupère ma chambre AirBnB. Il y a 4000 participants sur les 2 jours de course plus les familles. La ville n’est pas en capacité hôtelière d’absorber tout ce beau monde. Les habitants des alentours ont donc été mis à contribution pour héberger des athlètes et leur famille.
Je récupère mon dossard et je vais poser mon vélo et mes sacs de transitions tout en repérant bien le parcours. Je passe en même temps que Vincent Morizot qui court aussi le lendemain sur le 70.3 (il finira 10ème). Ils sont sympas les Cervelo P5 du Team Triathlon Store Pro ! Petit tour des stands du village et j’enchaine sur le Pasta Party à 19h. Je ne traine pas car je n’ai rien préparé du reste de mes affaires.
 La grande question du petit-déj : combi ou pas combi ? je réactualise la page Facebook de l’évènement pour trouver l’info. Finalement, c’est en arrivant au parking que l’eau est annoncé à 25,1°C donc pas de combi. Je m’y attendais un peu et j’avais fait 2 séances à Torcy sans pour m’entrainer. Ensuite, tout s’enchaine très vite, mise en place des chaussures sur le vélo, gourdes et ravitaillement puis vient l’heure de s’approcher de la ligne de départ.
 A Vichy, c’est Rolling start donc on part 3 par 3 toutes les 4/5 secondes. Ce n’est donc pas la guerre dans l’eau et l’Allier est large. Après un aller-retour et 1900m, je sors de l’eau. Pas de surprise sur le chrono 48min, je n’ai pas forcé, pour en garder pour la suite. Je suis un peu long à T1 parce qu’il fallait enfiler les manchons mouillés (Ils sont interdits pour la nage lorsque la combi est interdite) et c’est parti pour 90km de vélo. J’avais repéré le parcours sur Strava. C’est en faux-plat légèrement montant sauf entre les km 70 et 80 où cela fait un peu les montagnes russes avant la descente du retour vers Vichy. Je m’alimente dès le début du vélo et je prends un bout de barre tous les 20 min. Après la première heure de vélo, je suis à 32km/h de moyenne avec une belle cadence et je surveille le cardio. Petit à petit, j’ai des crampes d’estomac et je n’arrive plus trop à manger. La dernière heure de vélo est vraiment compliqué, je n’arrive plus à me mettre sur les prolongateurs et par moment j’ai l’impression que je vais vomir. Je commence à m’inquiéter pour la course à pied. Si déjà en vélo, le ventre ne va pas bien, je redoute vraiment cette dernière épreuve. Je décide donc d’arrêter de manger au km 70. Je termine le vélo en 2h55, ça va mais j’aurai pu faire mieux, c’est censé être mon point fort.
 T2 pas ultra rapide (je mets de la crème solaire, je change de chaussette), il est 11h30, ça risque de taper et je ne sais pas du tout pour combien de temps j’en ai encore. Je pars prudemment, aux alentours des 10km/h. Je m’arrête à chaque ravitaillement (tous les 2/3km) pour boire : coca, Vichy et eau. Les bénévoles sont vraiment super sur tout le parcours et nous encourage. J’ai un regain d’énergie vers le km 9 jusqu’au retour à la finish zone. L’ambiance est dingue mais il faut repartir pour la deuxième boucle en prenant un chouchou au passage. Là, ça n’avance plus du tout et je vois l’objectif du sub-6h s’éloigner, je craque mentalement… Maintenant que je connais le parcours et les positions des ravitaillements, il est plus simple de se fixer des micro-objectifs pour finir. Dans une ultime accélération, je passe la ligne en 6h06:05. Ce n’est pas ce que j’avais prévu mais cela me laisse de la marge pour m’améliorer. J’ai recommencé à manger quelques heures après par des bananes et j’ai très peu manger le soir. Heureusement, le lendemain, l’appétit était revenu.
 Ce que je retiens : 1) tester et retester son alimentation d’avant-course et de course à l’entrainement. 2) Arrivée à J-2 au moins sur le site pour s’acclimater. La veille à 17h, c’est trop court et il faut récupérer du voyage. 3) Que les courses Ironman sont chers mais vraiment bien organisées! 4) Je prendrai ma revanche sur cette distance !

 

Ce contenu a été publié dans Résultats, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.