Grand RAID « Golfe du Morbihan » – ULTRA MARIN 2016

Larmor Baden

Voila encore une belle expérience de vécue !

Parmi toutes mes inscriptions en début de saison, n’ayant pas été sélectionné au « Norseman », ni à « la verticale de la Tour Eiffel », il ne me restait plus que cette ‘grosse’ épreuveŒ pour la fin de saison (après Doussard, un tri tout de même) !

Eh bien voila, c’est (pas) fait, mais c’était super !

Œ Pourquoi cette course ? Des amis, voir le Œ plus bas, le paysage, la longueur sans trop de dénivelé, la date. Je ne connaissais pas le monde du Trail*, mais vraiment, j’ai senti la différence, que de la convivialité et du respect mutuel et de l’aide.

Bon, revenons à l’épreuve. Après avoir ‘essayé’ de suivre le plan d’entrainement de l’organisation, il a fallu aussi cogiter sur le sac.

Et ….. , il va falloir le gérer avec des ravitos entre 17 et 20KM. Bilan un sac lourd (et pourtant, ce n’est pas un sac ‘atelier’ à la DD). Que faut-il pour se sustenter, se couvrir, … ? Sans oublier le matériel obligatoire et qui sera capable de tenir entre 30 et 42h (la Garmin abandonnera également).

Alors, avec tout cela, le sac pèse. Beaucoup ? Trop ? Mais que ‘virer’ ? il fera chaud, la journée, froid la nuit, humide ? Bon il faut arrêter de tergiverser et heureusement le sac est très confortable à porter. Si, si, j’ai couru tout le mois de juin avec lui et un chargement ‘fictif’, il est réglé (lui).

Allez, c’est le départ pour …. Vannes, jeudi midi en TGV. Arrivée en milieu d’après-midi, je peux retirer le dossard aussitôt.  Donc jeudi soir et vendredi matin : RELAX.

Vendredi 14h, je fais le sac, je refais le sac et rejoins le village ‘UltraMarin’, c’est la teuf, mais aussi le stress. Dépôt des sacs de mi-parcours, d’arrivée.

Ah oui, le sac de mi-parcours : 1 paires de chaussure, des chaussettes, des vêtements de rechange, de l’alimentation et boissons, des accus pour le matériel ‘électrique’.

L’heure approche et c’est parti, un rictus d’inquiétude mélangé à de la joie à la limite de pleurer (séquence émotion), j’y suis !

Un petit tour dans la ville (2km) et nous revenons passer la véritable ligne de départ et direction le ‘large’.

Le paysage portuaire se transforme rapidement et nous commençons à visualiser le golfe, Super, il fait jour, il fait beau, c’est parti ! Tout y est, des plages, du sentier, des plages  encore, mais plus petite, juste de quoi poser le pied droite et le gauche éventuellement cote à cote, sympa tant que nous sommes encore vigilant. Les spectateurs sont encore avec nous et cela fait du bien. Le 1er ravitaillement arrive au KM 17.25, un peu de cohue mais cela passe et la, je découvre, qu’après moi la mer avait continué à monter et les suivants avaient dû se déchausser pour passer le. Tiens, c’est vrai j’ai oublié de prendre une serviette !

Prochaine étape un point d’eau au KM ….. Effectivement, encore des tentes ‘barnums’ de la musique, le tout dans un beau parc en ord de mer. ERREUR, un mariage dans une propriété privée, bon bin tant pis, c’est un peu plus loin. Eh OUI, ça y est, avec même un Festnoz sur la cale et plein de monde (même des danseurs ‘bigoudens’). Tiens personne ne s’arrête ? RE non, nous c’est la petite tente derrière avec 4 robinets. C’est moins festif et personne ne nous regarde.

Prochaine étape, le ravito de LARMOR BADEN (=LB) qui marquera le 1er marathon sur les 4 à faire. Jusque la tout va bien. La nuit tombe vers les 22h surtout dans les passages en sous bois. Magnifique, des voutes d’arbres et des frontales la dessous. A ce moment la nous sommes dans des grandes allées carrossables.

Et voila le 1er ‘gros’ ravitaillement à l’école de LB. Retrouvailles synchros (à 3mn près) avec Pascale (qui sera au courant de mon avancé par les SMS de suivi), ma femme fraichement débarquée du train (22H…) et notre amie ‘locale’Œ Florence (marraine de notre ainée) qui nous a hébergé.

Une 20aine de mn de pause (alimentation, bavardage, modification vestimentaire pour la nuit, … ) et c’est reparti solitaire et dans le noir. Dans les 5km qui suivent, par les hasards du parcours ; étroitesse, marches à franchir, en montant, en descendant, des pierres, des grosses racines, des branches à éviter, le tout avec l’éclairage de la frontale, nous finissons par former une petite colonne et d’un commun accord avec notre futur groupe de 5, nous décidons de marcher ensemble. Nous ne courrerons que sur des portions moins dangereuses. Notre nouvelle tribu ira jusqu’au ravito suivant : Le BONO au KM 55 à une cadence de 7km/h. ce groupe hétéroclite Ž et bien sympathique permet de se motiver mutuellement, d’échanger, de blaguer, et donc d’absorber les KM, la nuit. Nous avions également prévu de nous remettre à courir plus intensément dès la levée du jour.

ŽMaurice, 53 ans agriculteur Breton, Aurélien informaticien dans une SS2I sur Nantes, Philippe architecte au Sénat et Benjamin infirmier Psychiatrique.

Le groupe accueille 1 à 2 coureurs épisodiques, mais le noyau est créé et nous avançons. Auray est absorbé, ainsi que son relief à la sortie, et nous voila en destination de CRACH. 5h30 le jour se lève, (l’UltraMarin s’éveille comme le chanterait Dutronc) et nous allons courir, enfin nous le croyons. Les muscles sont raides. Finalement nous alternons CAP et marche et nous restons groupés.

A ce moment la, le plan de route d’Aurélien est caduque, ses horaires de passage prévu ne sont plus respectés. Maurice est déçu pour sa 2ème participation (abandon pour des raisons de ‘chaussures’ l’année dernière), son plan de route compte 2H de retard. ET pour ma part, n’ayant rien programmé, je suis déjà content d’avancer. A force de ruminer son retard, Maurice réalise qu’il n’a qu’une heure de retard ! L’année dernière, la course était partie à 17h et ça la ‘foutue dedans’, mais finalement, dans le bon sens pour le moral.

Ravito de CRACH KM 70.77, Maurice s’assoit sur les bancs mis à disposition et, malheureusement, ne se sent pas bien, je fais la navette pour l’approvisionner, solides, liquides, chauds, froids, sucrés, … et après un bon 1/4h, il décide de se reposer un peu en nous demandant de continuer sans lui !  Conseil de guerre et nous tentons de lui faire changer d’avis à tour de rôle, mais que nenni !

Nous repartons à 4, mais rapidement, je perds ma place de meneur (si, si avec Aurélien, nous nous étions relayé jusque la) pour ‘subir’ l’allure du groupe, mais on avance. Le contournement de la pointe de LOCMARIAQUER est interminable, surtout que nous savons que nous revenons pratiquement au départ de cette boucle. Des envies de l’éviter peuvent effleurer certains mais les vieilles histoires de pointages inopinés freinent les ardeurs ET HOP, un contrôle volant !!!!! Vrai, de vrai, le 2ème d’ailleurs. Nous avons finalement bouclé l’ensemble 1H30 avant la barrière horaire et nous allons embarquer dans 1 des 2 supers zodiacs qui nous attendent. Fourniture d’un vêtement imperméable + 1 gilet de sauvetage et c’est parti. Je me laisse aller sur l’épaule de mon voisin, doucement bercé, mais au milieu du passage, le mal de mer, la faim, la fatigue ?? Bref, je dois passer la tête par-dessus le ‘boudin ‘ et viser les poissons, Mais RIEN de RIEN. Estomac vide. Même les poissons gueulent !

Tout blanc au débarcadère le pilote me soutient jusqu’à la terre ferme (quai de PORT NAVALLO). Le « pointage » me demande de déclarer forfait, de mon coté, je demande à mes 3 derniers acolytes de partir sans m’attendre. Palabre entre eux, discours de motivation à mon encontre avec promesse de m’attendre, mais je mettrais leur chrono en péril et je reste donc me reposer, m’alimenter, boire, me reposer et nous verrons bien.

Sur ce, Maurice arrive, il est bien reparti et peu de temps derrière nous. A son tour, il veut m’emmener, je m’essai quelques 100aines de mètre, voir 1KM, mais « le ressort est cassé ».

Ce dernier constat fait, j’appelle le PC Course pour annoncer m’a défection.

S’ensuit un appel à Pascale, qui devait me retrouver au pointage d’ARZON qui se trouve juste après mon abandon, afin qu’elles viennent me récupérer sur un banc devant un restaurant.

Notre ami Antoine L, le régional de l’étape, me contacte après vu sur le site que j’étais arrêté (réactif l’Antoine) et nous décidons de nous voir pour un café. Au départ, j’avais prévu de l’appeler arrivé au débarcadère de PORT NAVALLO pour nous rejoindre au Ravito d’ARZON.

Une fois mes accompagnatrices arrivées, nous décidons de manger sur place au restaurant avec vu sur le port ! MOI avec ma déception et Pascale satisfaite de ma décision. Dans la foulée, je passe prendre le café chez Antoine L et, pour finir, retour au port de Vannes afin de récupérer mes sacs !

Dur, dur, de voir les arrivées. Le meilleur, avec ses moins de 17h, est d’ailleurs déjà changé.

Je suis repassé au village de l’UltraMarin dès le lendemain matin (dimanche) pour accueillir mes partenaires. MAIS invisibles qu’ils étaient, même sur les listes…. J’attends de leurs infos ces prochains jours.

Retour en TGV le dimanche et lundi matin au boulot ! La boucle est bouclée (enfin c’est une image !)

Je vous invite à retrouvez à partir du 1er juillet les articles dans la revue de presse du site. André, qui s’amuse toujours bien et qui a déjà d’autres ‘défi’ en tête.

*attention, je ne ‘vire’ pas au Trail, trop cassant pour les genoux, mais c’est la longueur avec dénivelé faible que je visais.

Le Village

Publié dans Résultats | Commentaires fermés sur Grand RAID « Golfe du Morbihan » – ULTRA MARIN 2016

Et encore un podium féminin sur le M des Lac des sapins – Céline Pernin au RdV !!

Encore un podium pour le NST ce WE  , et toujours  une féminine : Céline P. 3ème V2 pour la 20ème édition du Triathlon du Lac des Sapins dans le Beaujolais vert qui porte bien son nom : natation dans un lac au milieu des sapins 1.5 Km pour le M  , vélo  entre forêt   et paturages : 50km , 650m de dénivelé et pour finir un vrai trail  de 10 Km , 160 m de dénivelé.

Pour le L, c’est le double :distance et dénivelé..

A l’honneur Céline P. 3 ème V2 sur le M  ,278 ème au scratch (3 :22 :29 00 :31/1 :58/ 0 :53)

Et ensuite :Thierry L. 39ème V3  (482 au scratch)  (3 :53 :45 :43 :19/2 :03 /1 :07)

Pour le L :François P. 14ème V3 (146 au scratch) (6 :29 :53 :1 :04/3 :35/1 :49)

Epreuve à recommander pour le cadre ,pas trop loin de Paris 4H30 de route ,l’organisation sans faille

Et la route des vins au retour si on a encore des jambes ( ou à l’aller si on  veut « se charger »)

Publié dans Résultats | Commentaires fermés sur Et encore un podium féminin sur le M des Lac des sapins – Céline Pernin au RdV !!

ET un de plus, enfin 2 podiums, pour Pascale et Maxence BOURCET à Troyes

Félicitations à la famille qui réussit sur Troyes à faire 2 podiums.

Pascale 2ème femme
Maxence 3ème poussin

De la graine de champion 🙂

Publié dans Résultats | Commentaires fermés sur ET un de plus, enfin 2 podiums, pour Pascale et Maxence BOURCET à Troyes

Deauville le M sur un podium by Elitsa



Arrivée à 1h30 la nuit du samedi à Deauville avec un départ de la course à 10h.. au niveau de sommeil il m’en manque bien…
Avant la course Damien m’aide pour retirer le dossard et préparer les affaires au plus vite.
Je me mets dans la première vague avec l’idée que je serais moins gênée mais apparemment beaucoup ont pensé comme moi. Du coup, pas mal de coups et bousculade et un déplacement des lunettes. Je n’arrive pas à me concentrer sur ma nage..
Le vélo: difficile à gérer entre l’effort et l’économie mais je double 3 filles. Cela me fait penser aussi que je n’ai pas bien nagé car souvent je n’arrive pas à doubler des filles.
La cap: je me sens en forme. Les premiers km j’applique une foulée courte, basse, très fréquente pour ne pas me fatiguer. Les filles que je repère me semblent loin et irrattrapables. J’essaie alors de garder ma place. Au début de la 2eme boucle je vois que j’approche quand même une et lui passe devant. Je double pas mal de garçons. Au dernier virage en épingle je vois 2 autres filles à 300m -400m. C’est Beauvoir car Il doit y rester que  1,5 km. Apres hésitation je décide de tenter le coup (c’est maintenant ou jamais) je me dis que je peux pas savoir si je suis capable si je n’essaie pas. Alors je dis à la tête de dire aux jambes d’accélérer. Je vois que je les approche et ca me motive. Il reste 400m, puis 300… A 200 m avant l’arrivée je suis à fond et les double! (Elles doivent être dégoûtée..) J’entends la musique, les applaudissements les trompettes .. j’ai peur qu’elles me reviennent et je me donne! Grand soulagement à l’arrivée! Épuisement aussi 🙂
Ambiance géniale avec plein d’encouragements d’amis du club, leurs familles et plein de gens!
Je sais que j’ai fait une mauvaise natation et un velo moins bien qu’espéré mais heureuse quand j’entends mon prénom pour le podium en catégorie. Je termine 2 Eme Master mais comme la premier M fait partie du scratch on me récompense comme 1ère Master. Génial! J’enfile le t-shirt NST 🙂
En regardant apres les résultats je vois qu’une des filles que je double à la fin est master et je suis très fière d’avoir réussi à faire l’effort les derniers km car ils ne récompensaient que la première.
Le lendemain c’est la course L. J’aide Damien comme il m’a aidé et aussi d’autres personnes qui arrivaient à la bourre devant le parc Velo.
Je fais en Velo une boucle sur la course avant qu’elle ne commence et cela me permet d’encourager les concurrents et les amis du club sur le parcours.
Je laisse les autres raconter la course L.
En tant que spectatrice je me régale à encourager dans la bonne humeur avec Guillaume et Thibault.
Les gars du club ont fait tous une course formidable! Juste Damien qui crève et termine les derniers 20km à plat.
Pensée à Julien que a une crevaison sur la distance M et rentre dégoûté avec la voiture balai.
Week-end génial! À refaire si possible l’année prochaine 🙂

Elitsa
Publié dans Résultats | Commentaires fermés sur Deauville le M sur un podium by Elitsa

Le Triathlon de Paris vu par un participant : NICO

Honnêtement, je n’avais pas très envie de le faire ce triathlon. Je m’étais inscrit parce que j’avais un WE de libre, mais sans grande conviction. Aussi parce que mon premier triathlon, qui fait que je m’y suis mis d’ailleurs, était le triathlon de Paris en 2011, avec la natation dans la Seine…

Une soirée du Samedi pas très sage avec un coucher tardif (Merci Vélia !!!) et quelques coupettes de champagne, servies par notre président (qui a aussi du en boire quelques unes je crois…). En gros, c’est pas très frais que je me suis levé le dimanche matin après 3h de sommeil…

Donc motivation moyenne, d’autant que l’on a passé la soirée à me dire que le plan d’eau à Choisy était dégueu et que j’allais y choper la lèpre (ou pire…) et que la partie vélo en drafting était très dangereuse et que l’on comptait chaque année plusieurs dizaines de morts pour des chutes sur le parcours… Donc pas très motivé ni très rassuré…

7h, Julien (et je te remercie encore) m’attend pour m’emmener en voiture jusqu’au départ. Finalement, le temps n’est pas terrible, mais il pleut pas. C’est un temps que j’aime. Je dépose mes sacs, je croise Elitsa qui fait la partie natation de son relai (victorieux !!!) dans l’air de transition, et c’est parti pour 1500 m de…… marche à pied vers le départ. J’entends mon prénom…. je me retourne et un cygne s’envole (je me dis que j’entends des cygnes qui parle et que j’ai peut être un peu trop abusé la veille du champagne de Vélia…). Bien sur c’était Dédé sur son Kayak (qui ne m’a jamais paru aussi à l’aise en milieu aquatique ;-).

Mise à l’eau dans la première vague. Finalement, l’eau n’est pas si dégueu… Je me place comme à mon habitude au milieu au premier rang… Et là, en statique, on remue la vase… une odeur d’égout en période de gastro… Horrible. Heureusement, le départ est donné et je pense aux vagues suivantes… Pas trop d’algues, je nage bien (enfin, je suis content de moi). Le fait de nager en ligne, donc sans passage de bouée, fait qu’il n’y a pas trop de bagarre. C’est cool. Je sors en 24 min… Mon record, je suis content. Dommage que la transition soit si longue et qu’il faille mettre la combi dans le sac puis l’emmener vers le camion avec le vélo…

je pars en vélo prudemment, me fait doubler par quelques fusées que je retrouverais dans mon peloton quelques km plus tard. Premier virage et premières chute derrière moi, le doux bruit du carbone contre l’asphalt humide… ça calme un peu.

J’essaie de rester dans les roues, quitte à se bruler les jambes à plus de 40 km/h, une petite côte qui scinde le peloton en Deux (OK j’étais pas devant…), j’essaie avec un autre de combler le trou de quelques centaines de mètre, mais impossible. Pas de soucis, un autre très gros groupe nous engloutit, nous et le premier groupe… et m’emmène à 40 km/h vers la tour Eiffel. Quelques moment de flip, mais c’est aussi très grisant de rouler à cette vitesse dans Paris… 1h06. Content…

Arrivée à T2, encore très longue… et c’est parti pour la CAP. Vraiment agréable, des routes larges, deux tours autour du Trocadéro, ça grimpe, ça descend, ça regrimpe (et oui, y’a deux tours). Pas chaud, donc très agréable. je rattrape ceux qui ont un tour de moins, et j’ai m’impression de bien courir, c’est bon pour le moral. Puis enfin l’arrivée. Je vois 2h29 !!!!! je suis content !!!!!!

Et surtout 176 ème sur 1630 participants ! Même un peu étonné.

Finalement, je voulais pas y aller, mais c’était vraiment une bonne matinée… Et je dirais même que je le conseille (en partant à la première vague et à condition d’aimer frotter un peu en vélo…).

Merci à Vélia pour la préparation de la veille optimale (et à recommander), à Jul, à Dédé pour son coup de pagaie…

Nico P

Publié dans Résultats | Commentaires fermés sur Le Triathlon de Paris vu par un participant : NICO

Le Triathlon de Paris vu depuis un kayak

Dimanche 29 mai, RdV à 6h30 à la Base de Choisy le Roi pour participer au triathlon de Paris !

Contrairement à l’année dernière ou j’étais à l’accueil du parc à vélo, ce qui m’avait permis de voir tout le désespoir des ‘stressés’ et/ou des ‘étourdis’ qui avaient oublié un accessoire ou document qui les privaient d’un départ, j’ai intégré l’équipe des kayakistes.

8h sur l’eau pour les 1er départ à 9h.

Quelques aller et retour sur le bassin, afin de s’échauffer, durant lesquels j’ai croisé, ou suivi, des participants qui se rendent au départ et en l’occurrence Nicolas P, normalement suivi par Elitsa D  que je n’ai pu voir.

La 1ère vague au départ est à priori réservé aux ‘bons’ mais à ma grande surprise j’ai vu de tout : des rapides, oui, mais pas que ! des pros en orientation, mais pas que ! et tout s’est enchaîné avec les suivants et les 1er abandons dès les 250 premiers mètres….

Finalement, cela m’a réconforté avec mon ‘style’ de nage (si, si)  !! j’ai vu de tout (et je suis connaisseur). Il y a même eu nécessiter d’enlever une combinaison dans l’eau d’un nageur qui (croyait) s’étouffer !

Bref, 1h30 à rassurer, orienter, voir sortir des nageurs naufragés, pour à la fin avoir les remerciements des derniers que nous avons pu ‘sauver’ d’une élimination pour temps dépassé !

Belle expérience à (re)vivre, André

Publié dans Résultats | Un commentaire

Tri M de l’étang du bois – Baptême du feu by Gilles

Ça y est pour moi aussi, le baptême du feu est passé, comme pour Bertrand, Laurent et d’autres au NST : le « premier triathlon du reste de ma vie » ! …. il y a pile une semaine. En ce dimanche pluvieux et frais, je me dis d’ailleurs que nous avons eu de la chance avec le temps, et que la donnée climatique a une réelle importance dans ce sport.

Nager plus de 100 m en crawl ?! Je ne m’en serais pas cru capable il y a encore un an; l’élément déclencheur fut une déchirure au mollet lors d’un footing, une blessure de plus en CAP qui m’ a poussé à fréquenter la piscine de Nogent, le temps de me rétablir.
J’ai réellement découvert les bienfaits de la natation et me suis dit qu’il était temps de passer à des disciplines moins traumatisantes que la course et le tennis. Donc va pour le triathlon pour varier les plaisirs et diminuer le risque de blessure.

Un an après pas de regret, bien au contraire !
Au fil des semaines le travail en piscine a fini par payer ( je parle d’ endurance, pour la vitesse c’est autre chose, merci d’ailleurs pour votre patience dans les lignes d’eau !) et quelques entrainements vélo sur l’anneau du Bois m’ont permis d’atteindre le niveau requis pour un S.
Comme Bertrand l’a bien raconté ici, le cadre agréable et champêtre de l’Etang des bois nous a offert les conditions optimum pour une première expérience. Triathlon bien choisi !

Comme lui, j’ai apprécié les encouragements des copains et l’esprit de groupe entre membres du NST, nombreux ce jour-là.
Sportivement parlant, j’ai pris quantité d’infos et de repères, surtout dans les sports où je débute – NAT et vélo- et aussi bien sûr dans les transitions.
Quelqu’un m’a d’ailleurs dit ce jour-là : il y a en réalité 4 disciplines si on ajoute les transitions.

Je ne m’étendrais pas sur mes erreurs de débutant pour ne pas me couvrir de honte… Une seule : ayant bien pensé qq jours avant à équiper mon vélo d’un porte-bidon et d’un bidon, j’ai omis de remplir d’eau celui-ci le jour J… ballot !

Un grand merci à ceux qui m’ont donné de précieux conseils; mention particulière à Thierry « Titi », Olivier « Olive » et bien sûr André « Dédé » qui avait pris la peine, un jour pluvieux de semaine après son travail, de m’emmener à la base de Torcy pour m’aguerrir à la nage en eau vive avec combinaison. Sympa André non ?!

Pour finir, une chose que je me suis dite après ce triathlon :  il y a dans ce sport quelque chose de ludique et de presque enfantin, qui me rappelle nos jeux de gosses en plein été dans les vastes jardins . Bref, que du plaisir pour les grands enfants que nous sommes restés !

Publié dans Résultats | Commentaires fermés sur Tri M de l’étang du bois – Baptême du feu by Gilles

Géraldine à CHOISY AU BAC, un autre triathlon en parallèle à l’ETANG DES BOIS

Retour d’expérience sur un triathlon de ce début de saison : Le triathlon de Choisy au Bac a lieu mi-mai sur une distance L avec une natation dans l’Aisne (fleuve étroit à cet endroit), un parcours vélo peu vallonné (D+ 640m) et un parcours de course à pied plat.

L’intérêt de ce triathlon est multiple :

–           Sa programmation est assez tôt dans la saison,

–           Sa proximité avec Paris avec un départ à 12h30 qui permet de venir le matin de la course et repartir ensuite sans trop de difficulté,

–           La maturité de l’organisation : le parcours vélo est ouvert à la circulation mais il y a des bénévoles à chaque changement de direction pour réguler la circulation.

Nous étions 22 féminines sur la version 2016 pour un total de 386 participants. La course est également ouverte aux relais.

La natation se fait en partie dans le courant (1.400m) et l’autre partie en contre-courant (600m) mais le fleuve étant étroit à cet endroit, il est possible de se laisser porter dans le pack et nager dans le sillon des nageurs devant soi. Je n’ai jamais brillé en natation et je termine en 36’32’’ ce qui n’est pas un bon temps (257ème) mais plus encourageant que mes résultats habituels. Il est vrai que la trajectoire est simple à suivre alors que d’ordinaire, j’ai un vrai problème d’orientation et de trajectoire. Je parcours toujours 10% de distance de plus…

Je sors de la natation pour constater qu’encore une fois, de nombreux vélos sont partis y compris ceux de mes homologues féminines L. Toutefois, je suis toujours contente de sortir de la « machine à laver » et je sors du parc après une transition médiocre de 3’46’’.

Le parcours de vélo, relativement plat, avec peu de relances, autorise de prendre un vélo de chrono avec, pour certains, de très gros développements. Après avoir passé une semaine en montagne, je me permets de pousser un peu en gardant en tête qu’il faudra aussi finir le semi et que cela reste ma 1ère expérience de la saison après un break de presque 2 ans. Je roule autour de 30km de moyenne et beaucoup de kilomètres « ne comptent pas ». Pour moi, ce sont les kilomètres qui ne coutent aucun effort c’est-à-dire en descente ou faux plat descendant où il ne coute rien d’un point de vue musculaire « d’envoyer un peu ».

Je boucle le vélo en 3h après avoir rattrapé quelques places et à peu près bien au niveau des jambes.

Je pars pour la course à pied après une transition correcte (j’avais déjà enfilé mes chaussettes J) et je commence mon 1er tour sur 3. Un peu dur ce 1er tour mais ça tient et ça va de mieux en mieux. C’est là que je récupère le plus de places (62 au total) et lorsque je dépasse quelques filles, nous nous encourageons. Ça, c’est le côté très sympa : nous avons beau courir sur la même course, il y a une forme de solidarité qui fait que nous nous soutenons. J’aime beaucoup cet aspect de la course et ce n’est malheureusement pas toujours le cas.

Finalement, j’arrive 2ème féminine en 5h20’04’’ 210 au classement sur 386 participants. Très étonnée de ce résultat et en même temps très fière parce que les efforts à l’entrainement ont été récompensés… Moralité : inutile de tout donner en vélo et se méfier des parcours plats. Si la grande masse des triathlètes donnent tout sur ce type de parcours, cela laisse de la place à ceux qui n’ont pas oublié qu’ensuite il y a la cap.

Géraldine

Publié dans Résultats | Commentaires fermés sur Géraldine à CHOISY AU BAC, un autre triathlon en parallèle à l’ETANG DES BOIS

Triathlon M de l’étang des Bois : mon 1er triathlon by Bertrand


Voilà , c’est le jour J, le jour de mon 1er triathlon. Cette date du 15 mai, je l’ai dans la tête depuis l’automne. Si je me suis inscrit en septembre dernier au NST, c’est bien pour vivre ce moment avec mon ami Laurent, que j’ai réussi à convaincre à s’inscrire au club malgré quelques réticences. Après plus de 10 ans à courir des 10km, semis et marathons, je commençais à me lasser et j’avais envie de passer à autre chose.Le challenge d’ajouter la natation et le vélo que je n’avais jamais pratiqué me tentait beaucoup.
Nous arrivons avec Laurent vers 11h30, histoire de humer l’ambiance, faire le tour des lieux et aller soutenir Gilles qui faisait lui aussi son 1er triathlon mais sur le S. Nous observons le départ du S et déjà la vision de la boucle de 750 m à faire 2 fois fait monter le stress d’un cran sachant que la natation est notre point faible. Dans le doute, nous en sommes à nous demander si nous n’aurions pas du choisir le S pour notre 1er triathlon. Nous voyons Gilles au parc à vélos en train de se changer avant de partir pour son tour de vélo. Nous l’encourageons et l’envions d’être déjà dans le feu de l’action.
Ca y est , nous ne pouvons plus reculer , nous sommes sur le bord de l’étang à attendre le top du départ. Nous nous mettons à l’extrémité du côté droit et en dernière ligne afin d’éviter de prendre des coups. Je pars mais je m’aperçois très rapidement que je m’écarte vers la droite du bassin, je rebirfuque vers la gauche et cogne Laurent dont la trajectoire est plus rectiligne. Je me sens moins à l’aise que la semaine précédente où j’avais nagé à Torcy pour la première fois. La 1ère boucle se finit tant bien que mal et je repars en m’apercevant qu’il n’y a plus grand monde derrière moi. Je finis la 2ème boucle enfin et je sors de l’eau en même temps que Thierry, ce qui me surprend car il a un meilleur niveau que moi. Il m’explique qu’il s’est pris le « bouillon » au départ et cela l’a beaucoup déstabilisé pour le reste du parcours natation. Je regarde ma montre, pas de chance, j’ai oublié de la déclencher. Je ne sais pas trop où j’en suis côté chrono.
Je fais ma première transition sans trop de mal en décidant de laisser ma montre qui ne me sert plus à rien. Je vois arriver Laurent pour sa transition et qui commence à « galérer » pour enlever sa combinaison. Olivier, qui fait son reportage photos et Gilles qui a fini son S (chacun son tour) nous encouragent. Je pars pour le vélo avant Thierry avec la satisfaction de m’être débarrassé de la natation. Je prends un rythme soutenu et je me sens plutôt bien, seul au milieu de cet océan de verdure, mais avec des mollets à la limite de la crampe. Je dépasse quelques concurrents et Thierry ne tarde pas à me dépasser. Je repars pour une 2ème boucle, je dépasse Karine qui n’a pas l’air très à l’aise et je finis assez content de mon parcours vélo (je ne sais toujours pas où j’en suis côté chrono).

Pendant que je « transitionne », j’entends le speaker annoncer l’arrivée des premiers ! Je pars confiant pour les 10 km de course à pied car je me sens plus à l’aise dans cette discipline. Je m’aperçois très vite que je ne suis pas dans le même rythme qu’un  10 km sec. Je sens mes jambes un peu rouillées et engourdies. Je m’accroche et prend un rythme aussi soutenu que je peux dans le 1er tour. Je grignote quelques concurrents, repasse devant Thierry, me fait dépasser par Bruno qui est dans son 2ème tour et qui m’encourage. Je tiens le rythme pendant le 2ème tour et toujours sans aucune notion du chrono, je commence à me dire que je vais terminer entre 3h15 et 3h30. Quelle n’ a pas été ma satisfaction de voir marqué sur le chronomètre à l’arrivée 2h56. Je n’aurais jamais pensé terminer sous les 3h pour mon 1er triathlon. Je vois arriver quelques minutes plus tard Laurent, marqué par l’effort qu’il a fourni pour la course à pied. Il m’explique qu’il s’est mal hydraté pendant l’épreuve et qu’il ne l’a pas bien vécue.

Sur le chemin du retour en voiture, nous nous refaisons le film de ce premier triathlon, heureux d’avoir réalisé notre objectif et nous pensons déjà au prochain.

Un grand merci à toutes celles et tous ceux qui m’ont permis et donner l’envie de réaliser ce 1er triathlon, avec entre autres :
– Olivier, pour ses conseils avisés, ses encouragements et sa bonne humeur sur le bord du bassin
– Christian, notre « gourou » du samedi matin, toujours disponible et pédagogue
– Mika, pour son coaching de nos premières sorties à vélo,
– mon ami Laurent qui m’a poussé certains dimanches matin à participer aux sorties vélo lorsque j’appréhendais le fait d’être largué dans la pampa
– ceux qui m’ont permis de me recoller au groupe de vélo lorsque je « ramais » à l’arrière. Je pense notamment à Antoine,  lors d’une sortie mémorable (pour moi !) à Meaux
– Bruno, pour sa bonne humeur contagieuse, ses « vannes » à répétition et ses encouragements
– Karine pour nos discussions du samedi matin en courant avec François, Gilles et Laurent
– Thierry pour son coaching lors de notre première sortie à Torcy
– … et toutes celles et tous ceux que je n’ai pas mentionné et avec lesquelles j’ai pu échanger avec plaisir
Publié dans Résultats | Un commentaire

Retour sur notre Tri Club et du bons gros podiums FEMMES !!!!

Le S était le midi et un petit retour sur ce que j’ai pu apercevoir en attendant les ouvertures des routes à la sortie d’un virage, LA RELANCE !!!!!!!!!! grâve la relance, hein coach !!, on a vu du bleu, du coach, des filles, des jeunes, du monde… et nous autres les futurs bleus on attendait à la barrière… que c’était long, ils avancent pas sur le S 🙂

Autre constat, si tu veux un podium, une médaille, un panier garnis ben faut que tu sois une fille. Un grand bravo les fifilles, Meilleur féminine au scratch, Pascale (vous savez Pascale qui a aussi gagné Chessy, oui oui), un grand bravo à Céline, Elitsa et Agnès, le podium NST en MASTER, la grande CLASSE les filles !!! je comprends mieux pourquoi on vous court après J

Autre et dernier constat, quand tu formes les jeunes aux transitions la veille d’une épreuve ben faut aussi la mettre en application ta formation (du C..) le jour de la compétition et surtout ne pas faire l’inverse… vous verrez ça vaut son pesant d’or… ch’ui GRAVE mais GRAVE !!!!

Alors ce que j’ai vu, des sourires, des visages souffrant en sortie d’eau, de la bave, entendu des cris mais revenons au début… le départ, devant la baignoire géante, le bac à eau, la belle machine à laver, alors devant la ligne de départ  avec un grand nombre du NST, on déconne, on raconte des farces et on indique bien à Antoine d’attendre le signal et ne pas partir avant :-), calme Antoine, calme toi mon pépére.

Les filles partent avant nous, histoire de nous indiquer la route, et c’est parti pour nous aussi, à fond, vite, trop vite pour moi, j’arrive pas à me mettre en jambe enfin en bras surtout pour nager c’est plus pratique, alors ça nage, l’eau était fraîche mais maintenant elle est à bonne température, ça bastonne bien, ça se monte dessus comme des crapauds, on change pas la nat en triathlon c’est toujours la guerre.

Sortie d’eau après 2 boucles (je serai bien mieux sur la 2eme), c’est dur comme d’habitude, et je file en T1, ah la T1… fameuse T1. Au départ on trouvait le parc à vélo très petit et les vélos collés, trop collés… donc j’entre dans le parc, le guerrier Antoine est là, et moi je cherche mon vélo, je vois entrer Stéphane, Jérôme et c’est même Stéphane qui me dira que mon vélo est plus bas, donc je redescends et je regarde les chaussures car je ne vois pas mon vélo, P….. ch’ui bigleux où quoi !!! (j’ai rien contre les bigleux;-)). Une fois le vélo retrouvé, j’arrive pas à retirer la combi de ma dernière jambe, l’autre jambe !!!, la puce bloque le passage, et il est vrai que dans ce cas, on est très calme, lucide, on a du temps, on ne panique pas, on respire calmement, on a tous les moyens physiques… ok c’est bon, une T1 catastrophique, Antoine est déjà parti, je vois Stéphane et Jérôme devant moi.
Go sur le vélo, la monture attendait un parcours roulant, elle va être servie.

Et j’attends 3km pour mettre la plaque, le temps de chauffer la bête… et là elle a bien chauffer comme j’aime, beaucoup de plaisir…

Un peu de vent, et ça roule, ça roule fort, bien calé, les CLM s’éclatent. Je retrouve les filles, le coucou du dépassement. Et là à environ 12km, je rejoins Will, un autre guerrier, va y avoir du sport, la compétition dans la compétition comme toujours, le chat et la souris. Antoine devant et je chasse pour remonter et Will, yannick, Christian (roule trop vite lui)  pour l’instant derrière. Je vois Antoine dans un groupe, devant, j’arrive pas à revenir sur lui, ça roule fort devant, grrrrrrrrrrr J

2eme tour, y a des supporters, c’est génial cette ambiance, ça booste encore plus, alors on remet du braquet (la 3eme plaque, ha bon y a pas de 3eme, mince alors !!!) pour le 2eme tour de manège et revenir au point de départ.

Et là le débutant remet ça !!!, j’arrive trop vite sur le parc et ne prend pas le temps de retirer mes pieds, donc l’entrée dans le parc se fera en talon aiguille, chaussures aux pieds. Là je me concentre, T2 impecc sauf que je ne sors pas du bon côté donc un petit tour dans le parc, bah allez quelques secondes de perdues, pas grave j’ai du temps J. Quand on dit aux jeunes de repérer les entrées et sorties !!!

Le titi a expliqué tout ce qu’il ne fallait pas faire en T1/T2 alors maintenant vous savez ce que vous devez faire J.

On dit qu’une course se gagne en CAP entre autre des 2 autres sports…, où il faut résister, prendre de l’avance ou perdre sur ses adversaires. L’enjeux, essayer de revenir sur Antoine sans se faire reprendre par les speedy Gonzales, Will, Yannick, et Stéphane (ils courent plus vite que moi sur STRAVA J). David est devant et inaccessible.

Ca court, et je prends mon rythme, je drafte derrière un gars qui m’emmène, Résister, résister au retour, ne rien lâcher, au demi tour,  je croise David, Antoine, trop loin les 2 !!! mais je croise aussi Will, Yannick, Christian, Stéphane qui me chassent. Punaise ils ont l’air mieux que moi ; ok on se reprend car le mental est aussi là pour gagner, j’indique à Will et à Yannick de venir me chercher, ça motive !!!

Je continue de courir, reste 5km, je reprends des gars et je garde l’allure, 2eme demi tour, je recroise, David et Antoine, je ne suis pas loin derrière, normal il a fait son petit tour dans les stands, et je vois Will et la bande de guerriers qui chassent encore. Les écarts semblent être stables, ça va le faire maintenant, je remets une couche à moins de 3km tu peux tout lâcher, ça craint plus rien… je double 2, 3 gus et je sprint avec mon fils, un gars me disant au passage que ça revenait fort derrière…

Arrivée, bave au menton, bahhhh c’est pas joli joli, tout donné, et content d’avoir joué avec la bande de guerriers et d’avoir pris le dessus sur seulement cette course car toutes les courses sont différentes et y aura d’autres bastons J

Je remercie à nouveau mes sponsors qui sont de plus en plus nombreux, ben quoi j’ai le droit de rêver et ils sont  toujours de zéro personne c’est énorme non !!!!

Un clin d’œil à Nadège pour ses informations sur la course (la guerre des épousesJ), aux femmes des NSt sur le parcours, au coach avec son grand sourire, merci pour vos cris et sourires.

Merci aux membres du NST avec le sourire une fois la ligne passée.

Je remercie aussi mon Epouse (la photographe) mes enfants pour m’accompagner et m’en/nous encourager en criant fort.

Et à nouveau un grand bravo à mon Chouchou Christophe qui ne finit pas dernier et qui a laissé sa place à d’autres membres du club. La place du dernier vaut de l’or les gars, battez vous J

Bilan, Une Nat moyenne, un bon vélo et une CAP de guerrier.

PS : j’ai encore oublié d’appuyer sur les boutons de ma super montre extra électronique, du coup j’ai fait une T2 en 1h45, un truc comme ça… oui oui le C.. je confirme J

La saison commence bien, on n’a pas eu de pluie, l’ambiance était sympa.

Titi, qui s’éclate à raconter sa vie

Publié dans Résultats | Marqué avec , , | Un commentaire