NatureMan 2017

Il y avait une belle équipe sur le NatureMan 2017. Cyril Colle nous raconte:

Salut les triathlètes.
Ça va être un peu long tellement il y a de choses à dire (et encore j’en zappe).
Retour obligatoire sur le Natureman 2017 du 7/8 octobre où le club était représenté en force, comme au Ventouxman.
Le cadre vaut bien le déplacement pour cette course incontourable du calendrier de fin de saison.
Pas moins de 15 NSTiens sur la start list.
1  sur le sprint (Virgine), 14 sur le long.
Yannick, Titi, Nico, Christian, François, Juju, Damien, Jérémy, Vélia et Antoine, Annie-Paul et Patrick, Aymen et ma pomme.
Nous débarquions en force sur le quai de Marne la Vallée aux aurores, dans la joie et la bonne humeur le samedi matin.
Un vrai périple, le regard des autres voyageurs teinté d’interrogations, parfois de respect, en disait long.
Nous voilà tous dans le Ouigo, vélo compris, la course commençait là.
Arrivés à la gare d’Aix nous récupérions nos véhicules de location (merci François).
Yannick arrive dans la voiture Peugeot, François dans le van. Il est content Yannick…;-)
Super organisation, tout le matos (et il y en a…) rentre dans les véhicules, sauf le casque de Yannick resté à Nogent…
La course commençait là aussi.
Direction les salles sur Verdon pour le retrait de dossard et la location de casque de Yannick (gardé sur la tête en allant sur le trône par son locataire, fallait le souligner).
Petite pause repas sur la route au Courtepaille.
Il faut dire que pendant ce temps là Virgine en avait fini avec le sprint (750/20/5).
15 min de moins que l’an passé, elle en perd son statut de baby triathlète. (1h41, 6° de cat, 33° féminine et 199 au général)
Désolé fallait faire un chrono dégueulasse 🙂
Arrivés au village, dossard en poche nous récupérons notre belle doudoune « natureman » sans manches.
Ils nous chouchoutent au natureman !
J’apprends que 2 jours avant le mistral soufflait fort et que les conditions étaient glaciales.
Mais nous, on aura de la chance. Soleil annoncé et 25 à 28 degrés, peu de vent, la classe au Verdon !
Direction la maison de campagne à 15 km pour l’hébergement commun.
On va être bien là.
Vélia, qu’est ce qu’on aurait fait sans toi 😉
Musique à donf dans le cametar. Nico sort la playlist. Du NTM, ACDC, tout y passe, ça remue fort.
Attention le NST est de sortie et on est en mode vénère 🙂
Bon petit repas en commun où Damien nous a rejoint pour l’occasion.
Et puis viens la grande idée de Virginie qui animera les débats : lancez les paris sur les temps de demain !
Je vous passerai les prévisions de chacun, on parlera de restaurant offert au plus proche.
Tout le monde au lit, levé tôt le lendemain même si le départ est à 9 h.
Objectif ? Eviter la galère du stationnement pris d’assaut. On comprendra le lendemain qu’on a bien fait.
Un gros petit déj pour faire le plein.
je constate que François, les cheveux en pétard se met en confiance au levé.
Question posée à Christian après 5 min de réveil: « dis il est plus dur que Cannes ? »
Réponse : Euh ben oui. Le doute (ou la trouille) sont passés par là à ce moment là, hein François 🙂
Histoire de se rassurer vraiment, il nous dit que c’est bien de faire un check matos…
Je comprendrai plus tard que le check a été sérieux.
Sauf que ses semelles de running seront restées dans la valise et que arrivé au parc à vélo ben y a rien dans la basket…
Nous voilà installé sur le tapis violet, la mongolfière de l’orga gonflée, un temps magnifique.
Après avoir vu tous ces teasers, je dois dire que j’en rêvais depuis un moment de ce cadre.
Veinard qu’on est, on le sait tous.
Les eaus vertes du lac de sainte croix sont annoncées à 18°C, on signe de suite !
1200 tétards au départ, soleil de face, ça va castagner à coup sûre !
Les filles partent 15 min avant nous (200 au total), elles sont tranquilles les filles.
Vélia nous confiera avoir senti la vague des premiers hommes à leur passage.
A nous, je me place extérieur et dans les premiers.
Feuuuuuuuuuuuuuu !
Pas de place pour nager, enfermé plusieurs fois par des mecs qui partent dans tous les sens.
Je suis trop large et pas moyen de revenir, galère. Trop de monde.
Faut encore jouer gentiment des coudes pour se faire respecter, pas le choix.
Premier passage de boué à 400 m, compliqué.
Direction ensuite une longue ligne droite de 750 m pour la sortie à l’australienne et des sensations mitigées.
Je suis toujours trop large, je le comprends mais corrige mal.
Sortie sur les cailloux, titi y laissera un orteil sur une grosse pierre.
Seconde partie où je peux enfin poser ma nage et accélérer sur la fin.
Je nagerai en 41’41, pas terrible, même Juju est sorti devant hannnnnn 🙂
T1 arrive et je prends en flag mon Antoine entrain de regarder dans le rétro si je suis là ou pas 😉
La supporter number one Virginie est là, fidèle au poste pour nous encourager.
C’est parti pour 90 km de bike D+ 1600.
La première difficulté arrive tôt au km 5.
Montée vers Aiguines de 8 km à environ 7 ou 8 % de moyenne histoire de se mettre dans le match.
Surprise en haut et grosse rigolade quand on nous propose l’apéro 🙂
Côté course je constate que je me fais pas mal doubler. Ca part fort, même très fort je trouve.
Arrivé en haut une belle descente de 12 bornes en cadeau, c’est bonheur.
Fin de la première boucle au Km 25 et direction la grande de 65 vers l’enfer du sud…
Du bleu devant, je passes Annie-Paul après quelques encouragements.
Une bonne portion de plat où je me fais plaisir, je commence à reprendre du monde.
Un faux plat une descente et voilà l’attraction du parcours direction Moustiers St Marie.
Les 16 % d’enfer sur certaines portions, grimpette en lacets  sur 3 bornes où je vois que le changement de rythme est brutal se présentent.
Certains câlent sévère, je montes sereinement en espérant ne pas faire fumer le cardio, avec succès, cool.
On entend les tam tam du sommet qui nous donne un aperçu sur ce qu’il reste.
On monte mais on ne voit jamais le haut, la pente est raide. Y a du supporter dans le coin.
J’apprendrai que Christian à dû poser le pied, oui oui.
Pas par défaillance (vous y avez cru ?) mais pour resserrer sa roue arrière qui commençait à foutre le camp au pire endroit.
Repartir là, sans assistance, ça pique fort !
Bref, il est solide notre bûcheron à vélo et il en a vu d’autres 🙂
Montée au train sans encombre pour moi, un ravito, une super ambiance et c’est reparti.
Une bonne portion de plat descendant où j’envoies bien.
Y en a qui y ont laissé de la gouache et je reprends du monde. Bon rythme et jambes à l’aise ! C’est bien le plat aussi.
Y a du zef et j’appuies, c’est les derniers km de l’année.
A force de doubler un mec sympa (pas mal n’auront rien dit) m’annonce que mon dossard fou le camp et ne tient plus que sur un point.
Je penses à bien le remercier.
Obligé de mettre la main dessus et de lever le pied. Je m’arrêterai histoire d’éviter la DSQ vite fait. (attention au porte dossard Décat quand ça souffle…)
Je vois Damien au loin que je remontais doucement, il s’éloigne…
Tiens je ne reviens pas sur Nico non plus, il est où Nico ?
Occupé à réparer une crevaison sur le première boucle, doublé depuis longtemps sans l’avoir vu…
Incident règlé, rythme cassé, tant pis ça repart, allez !
Je reprendrai Damien plus loin finalement, il manque d’entraînement cette année l’ami.
Arrive encore un beau passage, un peu sec, au km 60.
Le truc qui me marque c’est ce décor de guarrigue, ces petits villages qu’on a traversé.
Ces champs de lavandes (même s’il ne reste plus rien).
Les routes sont en super état et le paysage vaut vraiment le coup. Ca mérite bien de traverser la France.
On surplombe le lac qu’on aperçoit en contre bas avec un gros soleil. L’été joue les prolongations pour nous.
Un des plus beau parcours vélo que j’aies fais. On ne s’ennuie jamais.
Je me fais bien plaisir à vélo.
Reste une difficulté avant le descente vers le parc.
Un beau faux plat de 5 bornes à 4% dont on ne voit pas le bout non plus. Interminable !
Là aussi ça câle pas mal, je passes sans forcer et en profite pour gratter un peu.
Reste 15 bornes de descente bien roulants qui font du bien. Le parc approche après 92 km de vélos bien sympathiques.
Je croise Antoine qui démarre la cap, il doit avoir 10 min d’avance.
Je poses le vélo avec le sourire en 3h34 soit une moyenne de 26 environ, ça me va, je suis dans les temps.
C’est parti pour les 20 km trail (2 tours D+350 au total) dans l’incertitude. Je sais que le parcours est costaud.
Je crains un peu d’être court et fatigué en cette fin d’année bien remplie pour moi.
Virginie est en place, me fait un pointage et me motive, ça fait du bien.
Les jambes sont lourdes, on démarre par un faux plat bitume en démarrant. Ça fait mal.
Puis descente sur les cailloux, chemin étroit tortueux. Forcément ça va grimper. On attaque le sérieux
Je respecte mon rythme tant bien que mal. Le terrain est bien cassant et exigeant.
Arrive la grosse difficulté. Une bosse copieuse bien sèche et assez longue pour dérouiller.
Tu marches, t’as pas le choix. Pour clôturer la difficulté, des escaliers, hummm.
Comme je le craignais le parcours est magnifique mais compliqué.
Que du petit chemin très technique (gros cailloux, sable, pierres).
On repart en bordure de lac et on apprécie là aussi le décor.
On remonte sur une seconde difficulté bosselée et avec des escaliers en haut aussi.
Je boucles le premier tour en 1h05 je crois mais à l’évidence ça va être compliqué.
Le dernier ne sera que marche et footing lent. Une vielle douleur au TFL et des jambes oxydées auront raison de moi.
Je terminerai en mode promenade. J’aperçois Antoine de l’autre côté qui me dit que c’est très dur pour lui aussi.
J’ai beau essayer de repartir, la douleur m’en empêche.
Tant pis, je pourrai finir c’est déjà ça.
Patrick revient puis plus loin Vélia (malade au départ) à 2 km du finish. Elle m’aura repris 30 min sur la cap.
Elle termine tranquillement, au train, et m’invite à la suivre mais c’est juste pas possible pour moi.
Je serres les dents et voit la ligne d’arrivée (là où je ne l’attendais pas).
J’essaies de terminer proprement les derniers mètres avec le sourire, content d’en être venu à bout.
L’écran affiche 6h52.
J’aurai payé le CD de l’Etang des bois, le ventouxman, Le L de l’alpe d’huez, le L de Vouglans et le CD de Gerardmer peut-être un peu.
Fin de saison mitigée, riche en expérience et en volume.
Le temps est venu de retrouver les copains, de déconner, et de s’envoyer une bonne bière.
Nous attendons Annie-Paul à qui nous réservons une haie d’honneur bien méritées pour ses 7h48 d’effort !
1ère place de sa catégorie pour Madame !
Place au partage et à l’échange.
Titi et un Yannick (qui aura choppé une bonne crampe) auront fini ensemble en patrons en 5h36 !!!
Il se sera passé 3 événements sur cette course.
1) Titi n’aura pas fait pipi sur lui en vélo et aura fini tout propre, si si faut le dire 🙂
2) Juju n’aura pas eu de crampe, et ça c’est rare aussi.
3) Seulement 144 messages de Virginie sur le whatsapp.
Un bon restau endiablé clôturera cette belle journée riche en efforts et en émotions.
A noter le gros vélo de Christian en 2h58 et un magnifique 117° temps.
Le premier finish de Aymen sur un longue distance (et pas le plus facile), Bravo à lui aussi !!!
On a mangé la meilleure côte de boeuf du coin bon p’tit rouge bien mérités !
Clap d’une fin de saison riche.
Vive le tri au NST, tous finishers et tous des warriors !

RESULTATS GLOBAUX :
Thierry Jouan et Yannick Dumas (les frères pétards) : 5h36
Juju Vimont (la merguez) : 5h46
Christian Vallée (Alias le Kinle du NST ) : 5h50
Jérémie Cohen : 6h03.
François Motte (alias monsieur semelles) : 6h14
Antoine Salmon (en mode tout sauf derrière Vélia) : 6h18
Patrick Poncin (le guérrier) : 6h46
Moi-même (la paupiette cuite mais contente) : 6h52
Aymen (first finisher) : 6h58.
Damien et Nico (les inséparrables potes) : 7h03
Vélia Volland (pas dans son assiette et notre mère à tous) : 7h04
Annie Paul Poncin (je ne lâche rien avec le sourire) : 7h48.
  

Publié dans Résultats | Marqué avec | 3 commentaires

Ironman 70.3 Turkey 2017

Elitsa était en Turquie le week-end dernier mais pas pour des vacances, elle nous raconte:

J’ai été  fière de montrer encore les couleurs du NST devant un public International lors de l’Ironman 70.3 à Antalia, Turquie où j’ai terminé 2ème dans ma catégorie et 15ème fille au scratch.
L’endroit était magnifique. Top organisation de la course avec une participation très internationale et grand nombre  d’athlètes russes de bon niveau.
J’ai été contrainte d’alterner course et marche sur la cap à cause d’une blessure à la cheville (entorse + arrachement osseux) qui m’avait privé d’entraînement les 2 derniers mois mais finalement avec du renforcement musculaire et un une bonne gestion de la course  ça l’a fait 😊
J’ai été agréablement surprise de décrocher ainsi  une qualif pour le championnat du monde!
Merci à tous ceux du club qui m’ont  soutenue, aidé et m’ont donné de la confiance! ❤
J’espère que la nouvelle saison sera réussie pour tous et pleine de bon moments de sport!

Le détail des résultats ici.

Publié dans Résultats | Marqué avec , | Commentaires fermés sur Ironman 70.3 Turkey 2017

VETAKIDS 2017

Dimanche 24 septembre, Champigny Triathlon organisait le VETAKIDS au parc du Tremblay. 11 clubs et 273 jeunes étaient réunis pour un cross duathlon sur plusieurs distances en fonction des différentes catégories d’âge.

Le NST a réalisé des podiums, histoire de commencer la collection de coupettes pour cette nouvelle saison!

Bravo à tous nos jeunes!

Publié dans Résultats | Marqué avec | Un commentaire

Triathlon Audencia La Baule

Quelques représentants du NST avaient prolongé les vacances jusqu’à 16 et 17 septembre pour le Triathlon Audencia La Baule. Virginie Clément nous raconte:

C’est l’histoire d’une fille qui se fait offrir le dossard pour le M (the first!) de La Baule 3 semaines avant le jour J….

17 septembre 2017 14h30, la pluie s’est arrêtée et c’est parti pour mon 1er M de ma jeune histoire de triathlète. 5 bretons d’un jour du NST au départ. Départ femme à droite des hommes dans la machine à laver des 1000 concurrents. On discute sur la plage entre filles à essayer de comprendre la trajectoire (et oui on ne me changera pas) et là…coup de pistolet….FEU!

Je nage comme je peux, je boxe, slalom et passe même sur le dos de concurrents (mon mud day à moi!) puis j’aperçois des jambes argentées d’un homme que je ne lacherai pas car belle trajectoire bien que large (faites du swimrun les gars!) mais secure donc on y va et je ferai 1700m au lieu de 1500m en 2′ au 100m environ (quand on aime on ne compte pas😁).

Place à la 1ere transition, je suis à l’autre bout donc 500m nus pieds sur le béton de quoi réveiller mes voûtes plantaires et reprendre mon souffle. L’avantage je monte de suite sur le bike (pratique quand on ne sait pas mettre ses chaussures sur le vélo)…

Au bout de 6 km je me dis qu’il en reste des km et qu’il ne va pas falloir se cramer et me rappelle les bons conseils des triathlètes chevronnés du club. Je roule donc plutôt régulier sans regarder la montre puisque chaque tour de 20km est effectué avec le même temps. Quelques lignes droites ventées où je n’avance pas me feront faire l’effort de drafter quelques cyclars de folie pour mon 2e tour ce qui me préservera un peu de fraîcheur dans les jambes.

Une 2e transition rapidos, j’enlève les chaussures sur le vélo (précautionneuse la fille puisque je ferai ça au moins 500m avant la ligne de descente de vélo) et hop un gel + 1 gorgée d’eau et place à la course à pied.

10km à pied avec peu voir pas d’entrainement et l’incertitude du réveil potentiel d’une blessure…. Après 2km d’effort je fais un point allure et voyant sur ma montre 4’/km je décide de ralentir car à cette allure je risque de terminer à 4 pattes (pas glamour pour un 1er M). Je termine la course à pied en mini sprint (ce qui reste une ballade pour d’autres) voyant l’arrivée et ma montre annonçant 2h58 … je ne peux pas être à +3h de course maintenant alors je beugle, je bave mais je termine en moins de 3h…Yes!

Au final 2h59, 31e/51e de ma catégorie, 42e femme/83 et 682e au scratch…un modeste classement mais des temps dont je suis très contente pour un premier M😊

J’ai pris plaisir, j’ai enfin fait un triathlon sans avoir froid et même sous le soleil, j’ai géré la course sans réveiller ma jambe folle et surtout j’ai réussi mon défi en le faisant pour moi mais aussi pour ceux que j’aime et que j’emmène avec moi quelque part…

Maintenant RDV pour le S du Natureman qui fût mon 1er triathlon (sous la pluie) et je compte bien faire péter mon chrono (ahah enfin comme je peux 🤣).

Merci pour le soutien, l’apprentissage et le partage de beaucoup qui lisent ce C.R et se reconnaîtront (oui toi et toi et aussi toi 😉)…

Seule on avance et ensemble on va plus loin 😘

Sportivement, baby triathlète.

Les résultats du NST:

Publié dans Résultats | Marqué avec | Commentaires fermés sur Triathlon Audencia La Baule

Résultats de la rentrée

Deux courses étaient au programme pour le NST en ce dimanche 17 septembre:

Le Défi Marius Caius à Pourrières, Céline Pernin nous raconte:

1ère au scratch sur le trail 13km de Pourrieres à l’est de la montagne Sainte-Victoire!
L’équipe féminine du NST donne le tempo, comme d habitude !
Alors, les mecs, on vous attend sur les podiums !!

Nb: course très sympa, bloquée à 500 participants avec des paysages magnifiques, distance 5, 13 ou 25 km, du caillou et de la dénivelée qui vont satisfaire les tordus.
On en reparle l’an prochain si certains sont tentés.

Et le Trialong de Bois-le-Roi:

 

Publié dans Résultats | Marqué avec , | Commentaires fermés sur Résultats de la rentrée

Mes S de l’été

Gilles Moreau nous raconte son été triathlétique:

Salut à tous, voici ma petite contribution à la vie du site et donc du club NST, modeste contribution au milieu des grandes et belles courses racontées ici : IM, L et autres Mont Ventoux !

De mon côté en effet, le triple effort solitaire s’est dans l’ensemble bien passé, quoique je supporte de moins en moins bien les fortes chaleurs (l’âge !), mais s’est limité à la distance S avec 4 courses disputées cet été : à domicile, bien sûr, chez moi à Nevers, à Loches (près de Tours), à Aydat (Auvergne) et enfin, le 10 septembre, à Attichy (Picardie).

La photo a été prise le 13 août à Nevers avec mes compagnons de course ce jour là : Olivier (NST) et Stéphane (Clermont Triathlon).

Mention spéciale au triathlon du lac d’Aydat disputé le 25 juin dans un très chouette coin d’Auvergne. A 840 mètres d’altitude, le lac de 65 ha est superbe. La site et la qualité de l’eau incitent sans aucun problème à l’épreuve de natation, même pour les moins nageurs dont je suis !

La partie vélo propose un beau relief et des vues somptueuses de la chaîne des Puys. Enfin la CAP se déroule autour du lac dans des conditions davantage sentiers de montagne que route.

Cette 5ème édition du triathlon, organisée par le club « Puissance3 Cournon », a vu la participation de 300 triathlètes en S et 250 en M. Prochaine édition : le 24 juin 2018. Avis aux intéressés !

Publié dans Résultats | Commentaires fermés sur Mes S de l’été

Journal de Nogent – Septembre / Octobre 2017

Vous pouvez retrouver un article écrit par les membres du club dans le Journal de Nogent (Septembre / Octobre 2017) en page 62.

Publié dans Divers | Marqué avec | Commentaires fermés sur Journal de Nogent – Septembre / Octobre 2017

Ironman & 70.3 Vichy 2017

Le 26 et 27 août avait lieu la 3ème édition de l’Half-Ironman et l’Ironman de Vichy.

Le parcours est réputé pour être rapide: natation dans l’Allier entre 2 barrages donc sans courant, 450m de D+ sur la boucle de 90km de vélo (boucle effectuée 2 fois sur l’IM) et une course à pied sur les bords de l’Allier et dans les jardins de la ville. La problématique est surtout la gestion de la chaleur qui est caniculaire en cette fin de mois d’août. Cette année, la combinaison a été interdite pour cause d’eau trop chaude (25,1°C le samedi matin à 5h).

François Nicollet était aligné le samedi sur le half:

Le vendredi, après 4h30 de voiture pour descendre jusqu’à Vichy, je récupère ma chambre AirBnB. Il y a 4000 participants sur les 2 jours de course plus les familles. La ville n’est pas en capacité hôtelière d’absorber tout ce beau monde. Les habitants des alentours ont donc été mis à contribution pour héberger des athlètes et leur famille.
Je récupère mon dossard et je vais poser mon vélo et mes sacs de transitions tout en repérant bien le parcours. Je passe en même temps que Vincent Morizot qui court aussi le lendemain sur le 70.3 (il finira 10ème). Ils sont sympas les Cervelo P5 du Team Triathlon Store Pro ! Petit tour des stands du village et j’enchaine sur le Pasta Party à 19h. Je ne traine pas car je n’ai rien préparé du reste de mes affaires.
 La grande question du petit-déj : combi ou pas combi ? je réactualise la page Facebook de l’évènement pour trouver l’info. Finalement, c’est en arrivant au parking que l’eau est annoncé à 25,1°C donc pas de combi. Je m’y attendais un peu et j’avais fait 2 séances à Torcy sans pour m’entrainer. Ensuite, tout s’enchaine très vite, mise en place des chaussures sur le vélo, gourdes et ravitaillement puis vient l’heure de s’approcher de la ligne de départ.
 A Vichy, c’est Rolling start donc on part 3 par 3 toutes les 4/5 secondes. Ce n’est donc pas la guerre dans l’eau et l’Allier est large. Après un aller-retour et 1900m, je sors de l’eau. Pas de surprise sur le chrono 48min, je n’ai pas forcé, pour en garder pour la suite. Je suis un peu long à T1 parce qu’il fallait enfiler les manchons mouillés (Ils sont interdits pour la nage lorsque la combi est interdite) et c’est parti pour 90km de vélo. J’avais repéré le parcours sur Strava. C’est en faux-plat légèrement montant sauf entre les km 70 et 80 où cela fait un peu les montagnes russes avant la descente du retour vers Vichy. Je m’alimente dès le début du vélo et je prends un bout de barre tous les 20 min. Après la première heure de vélo, je suis à 32km/h de moyenne avec une belle cadence et je surveille le cardio. Petit à petit, j’ai des crampes d’estomac et je n’arrive plus trop à manger. La dernière heure de vélo est vraiment compliqué, je n’arrive plus à me mettre sur les prolongateurs et par moment j’ai l’impression que je vais vomir. Je commence à m’inquiéter pour la course à pied. Si déjà en vélo, le ventre ne va pas bien, je redoute vraiment cette dernière épreuve. Je décide donc d’arrêter de manger au km 70. Je termine le vélo en 2h55, ça va mais j’aurai pu faire mieux, c’est censé être mon point fort.
 T2 pas ultra rapide (je mets de la crème solaire, je change de chaussette), il est 11h30, ça risque de taper et je ne sais pas du tout pour combien de temps j’en ai encore. Je pars prudemment, aux alentours des 10km/h. Je m’arrête à chaque ravitaillement (tous les 2/3km) pour boire : coca, Vichy et eau. Les bénévoles sont vraiment super sur tout le parcours et nous encourage. J’ai un regain d’énergie vers le km 9 jusqu’au retour à la finish zone. L’ambiance est dingue mais il faut repartir pour la deuxième boucle en prenant un chouchou au passage. Là, ça n’avance plus du tout et je vois l’objectif du sub-6h s’éloigner, je craque mentalement… Maintenant que je connais le parcours et les positions des ravitaillements, il est plus simple de se fixer des micro-objectifs pour finir. Dans une ultime accélération, je passe la ligne en 6h06:05. Ce n’est pas ce que j’avais prévu mais cela me laisse de la marge pour m’améliorer. J’ai recommencé à manger quelques heures après par des bananes et j’ai très peu manger le soir. Heureusement, le lendemain, l’appétit était revenu.
 Ce que je retiens : 1) tester et retester son alimentation d’avant-course et de course à l’entrainement. 2) Arrivée à J-2 au moins sur le site pour s’acclimater. La veille à 17h, c’est trop court et il faut récupérer du voyage. 3) Que les courses Ironman sont chers mais vraiment bien organisées! 4) Je prendrai ma revanche sur cette distance !

 

Publié dans Résultats | Marqué avec | Commentaires fermés sur Ironman & 70.3 Vichy 2017

Coupe de France d’eau libre

Olivier NOEL était sur la coupe de France de natation en eau libre, il nous raconte son expérience:

J’ai testé pour vous le 10 kms de natation en eau libre. Communément appelé « marathon » par les organisateur de la coupe de France d’eau libre. Je vais essayer de vous le vendre. C’est pas gagné.

Après de nombreuses tergiversations, mon choix s’est porté sur l’épreuve de Lissac-sur-Couze (Corrèze près de Brive-la-Gaillarde). Début juillet, je ne me sentais pas prêt pour la manche du lac de Saint-Pardoux, et la semaine dernière à Redon ça ne passait pas cause emploi du temps.

 420 kilomètres d’entraînement en 2017 pour enfin me présenter au départ. Est-ce suffisant ? Pour finir la course, certainement ; pour performer c’est une autre histoire.

 22, le nombre d’engagés !!!  Le 10 kms est réservé aux licenciés FFN (Nogent Natation 94). Pas de triathlètes. Que des nageurs ; warf !

 Beau temps ; cadre idyllique (voir photo), 6 tours de 1650m à couvrir.

 23° température de l’eau. Donc pas de combi en néoprène. Nous ne sommes que deux à prendre le prendre le départ sans combi textile.

 Départ commun avec le 5 kms. Les femmes partent 5 minutes après. Au bout de 100 mètres à peine, je suis en queue de peloton avec un concurrent du cinq bornes que j’arriverai à distancer au cours du deuxième tour.

 Je gère, je gère, je gère. Malgré ça, un premier groupe de filles me rattrapent à l’entame du deuxième tour. Et au milieu de la troisième boucle, je suis lapé par les premiers. Chaque fois qu’un ou plusieurs nageurs me doublent, j’essaye de profiter du sillage, mais ça ne dure jamais bien longtemps.

 Coup de bambou, je pense que mon quatrième tour sera le dernier. Mais à la fin de celui-ci le moral revient et je sais que je terminerai. Je ne loupe aucun ravitaillement (assuré à la perche par mon père). J’ai froid, j’ai des crampes. Plus personne ne me double. Ils en ont tous fini. Au portique d’arrivée, on n’attend plus que moi. Surprise à 200 mètres de la ligne, la dernière féminine me rattrape. Je termine en 3h09′ (passage au 5k en 1h29′).

 Ce n’est pas le temps que j’espérai, mais les points marqués à la coupe de France me font faire un bond au classement (désormais 7ème des +45ans). La satisfaction d’avoir terminé.

Publié dans Résultats | Marqué avec | Un commentaire

IronMan 70.3 Bintan

Frédéric Dugas nous avait promis de revenir à Bintan pour un L. C’est maintenant chose faite et avec la manière:

Le Week-End dernier j’ai donc participé au Half IM.

Tout d’abord petit transfert en ferry le samedi, comme d’habitude il fait 38°c et 100% d ‘humidité… donc tu bois, tu bois, tu transpires, tu transpires…sans rien faire…. cela va être compliqué demain!!!!

Je récupère le dossard (plus de 60 nationalités, 960 au départ, ma catégorie d’age est la plus représentée…merde que des AUS, RSA, NZL, …) et installe mon vélo dans le parc, puis je rentre à l’hôtel, Super Hôtel face à la mer, nourriture excellente, pour ça c’est cool l’Indonésie.

Réveil 4:00, taxi 5:00, on part à  7 triathlètes dans un taxi prévu pour 4 voyageurs…Ah oui c ‘est aussi ça l’Indonésie…

Super Ambiance dans le village de départ, Bon natation sans combi : l’eau est à 26°C toute l année, pas le choix, les Pro partent à 6H, puis des vagues toutes le 4min, je pars donc à 6:32, le soleil se lève rapidement durant la natation, la mer est superbe, très claire, on voit le fond, les coraux, les poissons, et même une tortue de mer… la classe.

Je rattrape 3 vagues parties avant moi, c ‘est un peu galère de doubler les plus lents. je finis la natation en moins de 32 min 50eme overall/ 6eme de ma catégorie.

Le vélo est très vallonné, un vrai toboggan de 90km, jamais de moment de repos. Les routes sont remplis de ralentisseur, des vrais ralentisseurs !!!! sur l’un d’eux je perds mon tool box derrière la selle… je fais un pas trop mauvais vélo en 2h36 en perdant quelques places 66eme overall/ 9eme de ma catégorie.

Je pars sur la course à pied plutôt bien surtout que je rattrape pas mal de gars à l’arrêt…cela me donne des ailes je passe au Km 10 en 43min, le soleil est au zénith et la ça cogne… et oui on est sur l’équateur… il y a des ravitaillements tous les 1,5km et là tu sais pourquoi…

Je commence à avoir les jambes lourdes mais je vois que je pourrais faire moins de 4h50… mais il fait de plus en plus chaud et humide, les chaussures sont gorgés d’eau: un semi marathon en 1h37.

Au Final je finis 34 eme sur 751 arrivants en 4h50:30, 3eme de ma catégorie et surtout je me qualifie pour les championnats du monde 2018 en Afrique du Sud.

Super Triathlon, avec beaucoup d’émotion sur le podium et lors du Roll down ceremony, ils sont trop fort ces organisateurs Ironman…

Si je suis encore à Singapour l’année prochaine je le referais.

Publié dans Résultats | Marqué avec | Un commentaire