Pauline aux championnats de france de triathlon minimes filles – Montceau les Mines le 20 Septembre 2020

Nous somes partis le samedi midi. Je n’étais pas stressée outre mesure bien que certains vérités venaient titiller mes pensées : je m’étais cassée le petit doigt, et de ce simple fait, n’avait pas pu m’entrainer en vélo depuis une mois et demi. De plus, je venais juste de reprendre la natation avec les bras depuis 3 jours. Je savais très bien que toutes les autres filles se seraient entrainées sans interruption et que ce de fait je n’aurai aucune chance. J’avais peur de terminer dernière.

Puis nous sommes arrivés le samedi à Montceau les Mines, nous sommes presque immédiatement allés prendre mon dossard et c’est avec une certaines fierté que je l’ai reçu. J’allais faire les Championnats de France ! Finalement, avec quatre soeurs qui t’encouragent et qui te regardent avec confiance et satisfaction, mes doutes sont partis assez vite. J’avais toute ma famille pour m’encourager : mes parents, Cathy et Cédric, mes soeurs et mon petit frère. Avec une telle escorte, je ne pouvais plus avoir peur…

Ce soir-là, nous avons tous mangé dans un restaurant. Je tiens à le dire, il était 19 heures. Bref, nous avons passé un super moment. Bon , j’avoue qu’à l’instant où tout un club s’est installé pour manger juste derrière nous, j’ai été prise de curiosité mais plus de doute.

6h00. Voilà ce qu’indiquait mon réveil quand il sonna. Première pensée ; c’est taujourd’hui ! Pas de stress particulier, juste de l’excitation. Je suis allée petit-déjeuner. La salle de petit-déjeuner était faite de façon à ce que tout le monde se voit. Un club était en train de manger. Quand je suis entrée avec ma trigfontion NST, plusieurs personnes se sont retournées pour me fixer de manière qu’à la fin je me sente extrêmement génée.

Après un dernier au-revoir à mes soeurs, mon père et mois sommes finalement partis. Après avoir déposé mon vélo, placé mes affaires, talqué mes chaussures et m’être échauffée, le stress a commencé à monter. Puis ma mère, Cédric et Rafaël sont arrivés. Encouragements. J’ai mis le bonnet et je suis partie.

Les organisateurs nous ont fait placer et une fois que tout le monde a trouvé une place, ils ont fait diffuser la Marseillaise. Quelques instants plus tard, un coup de fusil a retenti, je ne m’y attendais strictement pas, pensant qu’ils allaient attendre la fin de la chanson avant de donner strictement pas, pensant qu’ils allaients attendre la fin de la chanson avant de donner le départ. Quand j’ai vu toutes les filles courir vers le lac, je les ai donc suivies après un instant de stupéfaction: la course avait commencée.

Natation

Je ne m’attendais pas du tout à ce que les autres filles soient des brutes ambulantes qui préfèrent frapper les autres plutôt que se concentrer sur leur nage. Conclusion après plusieurs coups reçus, j’en donnais moi-même à profusion car sinon je ne pouvais plus avancer. Le passage de la première bouée a été assez compliqué car tout le monde voulait passer le plus près possible de la bouée il y a eu une sorte d’embouteillage. Après cette étape passée, le reste de mon 400m a été plus simple. Quelques minutes plus tard, je sortais de l’eau.

Transition 1

Je pense avoir plutôt bien ma transition et au bout de même pas une minute, je repartais pour le vélo. Ma hantise très clairement car je n’en avais pas fait depuis presque deux mois à cause de mon petit doigt fracturé.

Vélo

J’ai essayé de prendre un peloton et ai réussi durant la première moitié du premier tour puis il y a eu une côte, et les deux mois d’arrêt se sont rappelés à mes jambes. J’ai perdu le peloton et je n’ai pas réussi à en reprendre un. J’ai fini le 10 kms de vélo seule et franchement en souffrance.

Transition 2

Je me suis dépêchée de poser mon vélo et d’enlever mon casquepuis je suis partie sur la course à pied.

Course à pied

Je pense que j’ai fait cinq cent mètres avant d’attraper un poing de côté. Malgré tout j’ai essayé de garder mon allure car j’avais perdu énormément de places en vélo. C’est alors que j’ai vu le grand drap tenu par mes soeurs où il était écrit : « Allez Pauline! » .  Elles m’encourageaient, mon père, ma mère, Cédric et Cathy aussi et même d’autres personnes que je ne connaissais pas mais qui avaient compris grâce à cette grande banderole que je m’appelais Pauline. La joie, la gêne aussi m’ont envahie, mais aussi la reconnaissances. J’ai réussi à gagner plusieurs places, me suis accrochée à deux filles à trente mètres devant moi et j’ai essayé de les rattraper. Finalement la ligne d’arrivée et « arrivée » et j’ai terminé la course. J’avais fait les Championnats de France de triathlon!

Je suis arrivée 76ème sur 116 sans réel entrainement. J’étais heureuse et reconnaissante envers ma famille qui s’était déplacée toute entière pour venir m’encourager, mes amis qui m’avaient envoyé des messages et mon club qui m’avait permis de faire cette incroyable aventure.

Publié dans Résultats | Commentaires fermés sur Pauline aux championnats de france de triathlon minimes filles – Montceau les Mines le 20 Septembre 2020

Jérémy Francisco – 2e du triathlon M de Madine le 20 septembre 2020

Le récit de Jérémy

Suite à de nombreux reports et annulations de courses, j’ai décidé de m’inscrire en dernière minute au Triathlon du Lac de Madine. Sans regret !

Motivé, entrainé et surtout un peu frusté de voir mes inscriptions initiales s’annuler ces derniers mois, je m’inscris onc sur la distance M. (Nat 1500m – Vélo 40K – Cap 10K) ce qui est une bonne préparation pour le half de Deauville prévu (normalement une semaine après).

Je me souviens aussi que Céline et François avaient apprécié prendre part à cette course il y a 2 ou 3 ans, et puis le départ à 14h, ça me laisse le temps de faire les 290 bornes sans partir aux aurores de Paris.

En effet le site est superbe et idéal pour organiser de beaux triathlons : il y a d’ailleurs ce we un format L et S. Au tota lprès de 1000 participants ont pris part aux différentes courses dont presque 400 sur le M.

Il fait beau et chaud, les conditions parfaites pour un tri !

N’ayant que très peu de repères (en compétition) sur mon niveau de cette année, je décide de faire le vélo à fond sans me soucier de la course à pied. Concernant la natation je fais ce que je peux.

Je sors donc de l’eau en 24 minutes (pour 1300 m réels) et effectue T1 en 2’11 ce qui n’est pas terrible pour enlever la combinaison, mettre le dossard, mettre les chaussures et le casque de vélo et partir.

A ce moment je suis 64ème. Le 1er de la course, Tony Baheux, du club de Meaux (Tritons Meldois) met 19’14 pour la nat (meilleur temps) et fait sa transition en 1’04. Donc je prends 7′ dans la vue après T1.

Le vélo, c’est toujours un peu comme une délivrance pour moi… et c’est à partir de là que je prends du plaisir. D’autant qu’il est très stimulant de remonter et doubler des concurrents, c’est la seule contrepartie intéressante lorsque l’on nage moyennement

Je pose donc le vélo au bout d’une heure et deux minutes, ce qui sera le meilleur temps vélo de l’épreuve

La T2 se fait en 55″ pour enlever le casque et mettre les baskets (sans chaussettes) ce qui est un peu mieux mais loin des plus rapides…

Je commence donc la cap en étant 9ème mais je ne le sais pas encore.

Encore dans l’adrénaline du vélo je pars un peu trop vite en course à pied avec un premier kilomètre en 3’27. Je suis surpris d’avoir de bonnes jambes mais crains de ne pas tenir et régule donc mon allure à 3’35/3’38 au kilo, ce qui me permet de rattraper et doubler 5 coureurs après 3 kms.

J’aperçois au loin 2 ou 3 autres coureurs avant de rentrer dans la partie en sous-bois avec quelques single-track esseulé.

A la sortie des bois, je dépasse la 1ère féminine (en l’encourageant bien sur d’un petit « Allez ») et j’arrive à la fin du 1er tour (où il y avait le seul ravito) et là une personne du public m’annonce que je suis 2ème. Il me dit même  « le 1er tu l’auras pas, il est trop loin », il avait raison.

J’effectue mon 2nd tour un peu seul et assoiffé, complètement sec ! et termine durement les 10kms en 36’28, ce qui sera le meilleur temps CAP de l’épreuve.

J’ai appris par la suite que les 2 ou 3 athlètes devant moi s’étaient égarés durant la CAP. Il est vrai que sur certains passages (notamment dans les bois) il manquait un signaleur. Même s’il y avait du marquage au sol et de la rubalise, je me suis posé des questions à certains croisement et j’ai du faire preuve d’attention.

J’aurais tout de même aimé savoit si j’aurais pu rattraper ce petit groupe « à la régulière » sachant qu’ils ont dit avoir perdu une minutes et que je suis arrivé avec 2 minutes d’avance sur eux. Cela aurait pu donner un beau final !

Mais c’est un fait de course ! Je suis très content, et très fier d’être monté sur le podium aux couleurs du NST.

J’ai gagné un petit panier garni et 150 euros. Il manquait juste des copains du club pour partager cette belle journée. Heureusement Marion m’a accompagné. Mais comme elle ne s’attendait pas à me voir terminer dans les 1ers, je ne l’ai pas vue de toute la course. C’est seulement à l’arrivée, en entendant mon nom au micro, alors qu’elle lisait tranquille sur la plage du lac, qu’elle s’est levée précipitamment pour me voir seulement au ravito d’après course.

Vivement la prochaine course et un grand merci pour vos messages sur Strava

Publié dans Résultats | Commentaires fermés sur Jérémy Francisco – 2e du triathlon M de Madine le 20 septembre 2020

NOCTIRAID 2020 : 1ère équipe féminine

Les Killeuses du NST

Bravo à Eva, Vélia & Virginie, 1ère équipe féminine du Noctiraid 2020 !

Publié dans Résultats | Commentaires fermés sur NOCTIRAID 2020 : 1ère équipe féminine

Meeting Natation : 26 janvier – Kremlin Bicêtre

Le 26 janvier dernier, tout le club à partir des minimes avaient rendez vous pour l’annuel meeting de natation qui se déroulait cette année au Kremlin-Bicêtre. Nous sommes arrivés avec trois équipes une jeune, une 100% féminine et une mixte adulte.

Equipe NST « adultes »
Equipe NST filles

Equipe NST jeunes

Trois belles équipes !

Nous avons pu assister à des performances assez exceptionnelles pour l’ensemble des équipes mais surtout pour l’équipe jeunes avec notamment une énorme performance de Côme sur le 400.

Résultat final, l’équipe jeune finit 4ème au scratch et 1ère équipe jeune et l’équipe féminine finit 2ème de la catégorie féminine.

L’équipe mixte adulte a dignement et avec le sourire bien représenté le NST dans la catégorie. 

Merci pour l’ambiance très conviviale qui a permis un mélange générationnel en espérant avoir un peu plus d’adultes l’année prochaine

Par Mathilde G.

Publié dans Résultats | Commentaires fermés sur Meeting Natation : 26 janvier – Kremlin Bicêtre

Retour sur ma saison 2019 par Elitsa

Voici un « petit » retour de mes courses et ma saison 2019, riche de beaux moments sportifs !

Je décris essentiellement des expériences en vélo comme cette année j’en ai fait beaucoup plus que les années précédentes et j’ai découvert un peu plus le cyclisme.

J’hiberne les mois de Janvier et de Février (1000km grâce à mes vélotafs) en faisant la saison des cross, un trail spartan à Varna (avec de grosses courbatures post course) et une belle sortie dans les vignes avec Marko et JC mi-février.

En Mars (1300km) il fait beau. Je reprends avec des petites sorties cool. Une CC avec Phil, Xav, Bruno et l’ami Fred où on termine bien entamés par le vent (6 h de vélo). Une sortie NST sympa. aussi J’embarque Kamen pour un A/R à Aix sur une journée pour la reco du parcours du IM 70.3.

Avril (1300km) avec une 1ère place en relais avec Vincent P au duathlon de Sézanne où on est quelques-uns du NST (Jérémy, Julien, Titi et Vélia qui fait podium aussi). Quelques entrainements avec Vincent P, La reco Alpsman avec Kamen et Vincent T ( 7h de vélo) et une sortie NST gérée.

Mai (1400km) sera marqué par 1) La Vélostar (132km 1100 D+, 3h56’, 33,5 km/h) où je fais mon premier podium en course cycliste guidée par un ami, JC qui me conseille et encourage pour rester dans le peloton. On dit que cette course m’aurait fait un déclic  2) le 70.3 d’Aix premier relais féminin, avec Jeanne avec un très bon vélo pour moi. Une Dream Team NST à Aix avec Xavier, Jeremy, Julien, Christophe, Daniel, Kamen, Yannick! 3) Une sortie NST à 30km/h qui fait bosser. Quelques sorties exos au poly avec JC à qui je mets la pression de la responsabilité à me faire progresser après la Vélostar  4) Pour finir le mois de Mai, ma première course objectif de la saison, le L de Belfort où je fais petit podium 3ème dans la caté avec des conditions assez pénalisant pour moi – pluie et grêle sur la descente du ballon d’Alsace. Je me retrouve à une toute petite vitesse, bloquée par la peur en descente. On y est en petit groupe NST, Cyril, François P, Jean Christophe Ch. et Laurent.

Je récupère assez bien et j’enchaine en Juin (1700km) dans les 5 jours qui suivent une sortie endurance et bosses avec Pascal (4h40, 1100 D+), recup et training polygone avec JC, une belle sortie NST (30,5km/h). Le volume se fait en Juin par la reco Embrunman avec Cyril sur 2 jours et dans la même semaine une partie du parcours Alpsman (5h, 2470 D+) (Kamen et Bastien font la course et nous y sommes avec Christophe, Cyril et Bruno). Le lendemain moi et Christophe faisons une course genre M où la pluie et le froid m’achèvent (très mauvaises sensations et de la fatigue). Je me donne du temps pour récupérer et je reprends le weekend d’après avec sortie dans le Vexin avec Antonin (7h30, 1770 D+) suivie d’un bon enchainement CAP et d’une semaine dans l’Ardèche avec Cyril ( 27h de vélo sur 4 jours) . Je me régale tellement sur cette Ardéchoise (merci Cyril, Laurent, Fred, Jérôme !) que je n’ai plus envie de faire des courses pour la perf mais plutôt vivre des aventures sportives pour le plaisir.

En Juillet (1000KM seulement) ce sont les vacances (2 semaines en Asie et 10 jours à Varna) et je sors complétement du régime training, habituée à être en cette période de l’année en mode apéro, plage, fiesta. Grosse baisse de la motivation et de l’envie … J’arrive à faire un peu de volume avec une sortie CC avec Antonin (Paris – Auxerre 228km, 8h30) , une dans la Chevreuse avec Jeremy NST et Antonin (6h 1670 D+ ) suivie par une CAP trail (2h20 500m D+) . En Bulgarie je suis bien accompagnée par un ami, Ivo pour des sorties CAP en trail, en vélo par la team locale. Je trouve en urgence un nouveau vélo à Varna car papa a oublié le mien dans la rue ) Je touche le fond dans le sens figuré heureusement, à Varna malade avec des nausées sur une course de natation en mer de 4,5 km sans combi => je reste dans l’eau pendant 2h, hésitant à abandonner. Cela m’entame bien mais je résiste et voilà de quoi me préparer à sortir fraiche du lac à Embrun 11 jours plus tard !

En Aout (1700km) les 2 premières semaines, le volume et l’intensité baissent pour pouvoir boucler le 15 aout l’Embrunman en 14h (objectif atteint sans en chercher plus mais en prenant énormément de plaisir et en gagnant un petit pari :). Kamen m’accompagne. C’est un excellent moment de partage avec les amis du NST et leurs familles, car nous y sommes nombreux. Course et ambiance inoubliables grâce à cette belle bande NST ! Céline et François organiseront un apéro pour tous les participants qui immortalisera cette aventure avec une belle photo du groupe !

Je récupère étonnement bien d’Embrun (je devais être bien préparée !) et je reprends 6 jours plus tard avec le CLM, puis une sortie estivale NST (30km/h), 2 entrainements avec la bande TT de Vincent P. Puis, en fin du mois, un peu basculée émotionnellement, les pensées allant dans tous les sens, prise d’un besoin de me challenger encore plus, de découvrir, de partir, de me perdre .. inspirée par des ami(e)s cyclistes (Valérie, Stephan, JC, Sylvain, Antonin, Zsolt, ) et de plus, me sentant bien en forme, je pars seule le 31/08 au matin à 5h50 pour un grand tour d’Ile de France 330km, 13h (temps écoulé 17h avec les arrêts dont un chez des amis à Orgeval pour midi), Ca sera l’une de mes plus belles aventures sportives, challenges, voyages, avec des moments mémorables à se tromper de route, à remonter le vent, à chercher de l’eau chez les gens, appréhender le noir et rouler en fantôme la nuit avec mes lumières mortes … à ajouter un tour en bas de chez moi pour arrondir la distance 

En septembre (1000km) les 2 premières semaines ça sera que de la récup active en vélo (22h avec bcp de vélotaf) avec un peu plus de CAP. Le 14/09, le jour de mon anniversaire, accompagnée par ma super cop Véro pour une escapade dans le Pays Basque je prends le départ du L de Saint Jean de Luz sans aucune prétention juste l’envie de découvrir le coin et se faire plaisir. Malgré les petits « délires » des jours d’avant (vin, bières, desserts basques, viande) je pète la forme sur la course et c’est l’extase quand vers km 10 de la CAP j’apprends que je deviens 1ère femme ! Je cours et je rêve ! Je vole ! Je bavarde avec l’accompagnateur en vélo et je souris à tout le monde. Si papa pouvait voir ça! Et aussi ma prof de sport ! Et ma copie de classe qui m’a battue au 60m! Mais quel cadeau d’anniversaire ! On se prends dans les brais presque en larmes avec Véro à mon arrivée !! C’est mon premier podium au scratch !

Ensuite en Septembre, encore un super chouette weekend à Nice avec Tina <3 où on retrouve sur la course Prom’swim de 5km Jean Luc et Will, on se marre en se prenant en photos les stars. Christian Vallet nous rejoint à l’arrivée de son énormessime voyage en Vélo Paris- Menton. On a tous bien nagé ! Je bats de 10 sec Jean Luc, pas très fairplay mais il le prend avec le sourire e une très belle photo à l’arrivée de nous le témoigne. Le bleu turquoise de l’eau dans les yeux, on se balade les 4, on mange la meilleure glace de Nice, on est heureux ! Ils sont top ces amis ! Je les aime !
Certains diraient « elle en fait trop » car les aventures de Septembre ne sont pas terminées ! On va marquer un bon score avec Sandrine copine du vélo, au Gentleman de Vincennes, sous l’averse, terminant 2ème équipe filles à 1 sec derrière les premières !! Franchement, on fait une équipe extra ! Déjà, premier point commun, il n’en faut pas beaucoup pour nous faire sourire ! Puis, coté rigueur aussi, bien alignées ; avec des agendas chargés à gérer, on a su se caller des entrainements sous la pluie, à se relier et à apprendre à se connaitre. On a adoré l’expérience sportive mais aussi la petite bière de recup de JC, l’apéro derrière le coffre de la voiture, puis moi les gâteaux de Xav, la brioche au chocolat de Sylvain .. quelle journée de mariage de plein de petits moments, pluvieuse et heureuse comme on dit!

Octobre (1100km) sera moins performant, après une semaine bien délirante à Cannes (peu de sommeil et un peu plus de la fête) j’encaisse au Natureman avec pour une première fois, mauvaises sensations lors de la natation, partie trop vite au départ, puis un vélo à peiner à trouver du plaisir (2000 D+). Au moins la cap passe assez bien et me fait remonter à la 5ème place dans ma caté. On fait la course ensemble avec Xavier qui malheureusement ne fait pas la Cap mais cartonne en natation et en vélo ! On aurait dû faire relai NST, on aurait performé ! Ceux qui le connaissent peuvent imaginer que je suis rentrée du weekend avec des courbatures aux abdos, résultat de son humour infatigable qui me fait rire souvent ! Encore un merveilleux weekend dans une magnifique région et sous le soleil !

Je regrette pour la suite d’avoir écouté Vincent T et Kamen et de s’être inscrite avec eux à l’Ironman 70.3 de Turquie qui sera dans 4 semaines… Je fais appel au coach Fred, lui décris mon état de forme, l’état moral aussi un peu déclinant les derniers jours. Je lui demande un plan d’entrainement pour d’un côté, me remotiver et d’un autre, pour ne pas en faire trop. C’est dur. J’ai moins de temps. J’adapte. J’ai du mal à m’organiser. Je me fais 2 des entrainements sur l’anneau avec le vélo de ville en rentrant du boulot dans le noir.. Je nage très peu (mais je fais un bon chrono avec PR au test de 400m) Je sais que le repos sera primordial avant la course alors, arrivés jeudi à Antalya je vais bien dormir, faire des siestes et je vais profiter du Spa pour des massages et du relax. Il est particulièrement difficile de ne pas abuser des baklavas et de toute la bouffe du buffet de l’hôtel. Vendredi soir j’essaie de me limiter (c.a.d. manger normalement) . Samedi matin je ne prends pas de petit déj. Je devrais avoir quand même 2-3 kg de plus avant le départ. Les concurrentes croisées à l’hôtel et au parc vélo ont l’air super affutées, des grandes blondes athlétiques ou des brunes costaudes, en t-shirt Ironman, Swim Bike Run ou World Championship, en chaussette de contention au resto, accessoires IM, matos dernier cri, roues profilées, roues pleines, bidons sur les prolos, accoudoirs surélevés … on dirait la Mecque du tri amateur pour plein de russes, allemandes, anglaises , turques, ukrainiennes .. (désolée pour celles que je ne cité pas)  Je décide qu’il n’est pas trop tard pour mettre les choses de mon côté pour me faire plaisir avec une belle course. Je me lève bien plus tôt le matin pour faire une séance de yoga, je prévois bien le temps pour avoir 30-40 min d’échauffement sur place. Et puis c’est le sifflet !
Bon, Je vais guère m’y attendre, mais tout le monde le sait maintenant, moi l’apprenant presque dernière (car pas d’internet après l’arrivée), mais je gagne dans mon groupe d’âge avec un bon classement aussi au scratch, 15ème fille !! Je me dis encore un « c’est incroyable ! » Je m’éclate surtout, sur les 3 épreuves ! Déjà leçon tirée du Natureman, je ne pars pas en natation comme un ballon qui se dégonfle dans l’air, d’abord à une vitesse de fusé pour terminer en pshhhhhit par terre (au Natureman j’étais partie dans les pieds de Charlotte Morel et je crois que c’était bien la cause d’une sorte d’asthme dans l’eau). En vélo, j’optimise au max la position aéro (merci Vincent P pour les conseils) et puis, je n’hésite pas à me fatiguer. Je sais que j’ai du poids en trop donc de toute façon je perdrai des minutes en cap. J’essaye avec cette idée de gagner plus en vélo que je perdrais en cap en me callant + ou – sur une cible de Watts déterminée à l’aide d’Antonin. En fin, avant qu’on me pose la question, je n’avais absolument pas les yeux fixés sur les watts ! Juste si je remarquais que la valeur baissait trop j’essayais d’appuyer plus. Sur la CAP ce sera très particulier car, comme à St Jean de Luz, (je vais dévoiler là mon secret ) je décide de m’enfermer dans mon monde, ignorer les autres, ne pas penser s’il y a des filles devant, derrière, surtout ne pas penser aux autres ou au classement, imaginer que je suis ailleurs, seule, que je dois rentrer de loin à la maison à Varna en courant, me concentrer sur ma respiration et les muscles qu’y participent, garder le rythme car on m’attend… Je fais ça bien exprès car je me dis que si je suis de nature avec une imagination et visualisation fortes, autant essayer de mettre cela en mon profit ! Ainsi je vais décrocher le slot pour la Nouvelle Zellande en Novembre 2020! C’est ma 3 ème qualification aux Championnat du monde d’Iron Man 70.3. Je ne l’attendais tellement pas cette fois que je n’arrive pas à m’en réjouir. Une fois rentrée à l’hôtel je découvre les innombrables messages des amis du NST, des filles du club, de mes amis du vélo. Tout le monde est tellement content pour moi que je commence à réaliser ma course réussie. Cela fait vraiment chaud au cœur tous les commentaires et messages des gens qui m’ont suivi durant la course. <3 Le soir aux récompenses c’est un vrai moment de gloire ! Ironman savent faire l’ambiance te le show ! Je vais continuer de recevoir des félicitations plusieurs jours après la course 

Voila, l’année n’est pas terminée. Je prévois 2 cross et un trail, des améliorations sut le vélo clm, quelques apéros, voir des amis chers, 2 voyages à l’étranger … Avant un Noël avec ma sœur et les familles en montagne !

J’ai déjà quelques beaux projets pour 2020. Puis j’espère d’en partager encore plein avec les amis. Merci à tous de NST qui m’entourent et encouragent et à tous les copines et copains à qui je dois beaucoup pour cette belle saison. Ils / elles se reconnaitront. A ma famille bien sûr, qui en est fière de moi je crois surtout, pour ma capacité de m’amuser en sport !

Publié dans Membres | Commentaires fermés sur Retour sur ma saison 2019 par Elitsa

Course de la rentrée du Perreux – José 2nd !

Le dimanche 8 Septembre José montait sur la seconde marche du podium du 15km. Belle perf’ en 52’49 » !

Publié dans Compétitions, Résultats | Commentaires fermés sur Course de la rentrée du Perreux – José 2nd !

LG Trail par Alain Duperet

Bonjour à tous,

Ce weekend se déroulait la LG Trail entre Lausanne et Génève, soit 120 km pour un dénivelé 4000m D+. Après un départ à 2 heures du matin de Lausanne et après 22h39 de rando-course, en passant par des moments de détresse, d’euphorie mais sans les hallucinations qui semblent toucher certains concurrents, mon compère Sylvain et moi-même arrivons à bon port à Genève. Sur 180 inscrits, nous serons 120 à arriver et, surprise, nous passons pour la première fois dans le top 100 d’une course en finissant 98 et 99ème.

Que retenir de tout cela ? D’abord le frisson des courses nocturnes, frontale allumée. Dans un monde différent où quelques rubalises brillent dans la nuit pour nous guider, les difficultés n’apparaissent pas et l’on se concentre sur ses sensations internes et les bruits de la nuit. Puis, le moment magique arrive avec le lever du soleil, sur les montagnes suisses et le lac Léman. Il est temps de repasser dans le monde réel. Nous avons notre petit secret, pour les coureurs économes, la méthode Cirano : succession de séquences de 6 minutes de course, suivies d’une minute de marche, tout cela répété à l’infini. Il faut être fort moralement car cela vous propulse en queue de peloton dès le départ. A Lausanne, cela s’est confirmé comme à chaque fois. Tous les concurrents partent comme des balles et après 15 minutes, nous étions bons derniers avec l’appréhension d’être rattrapés par les barrières horaires ; en Suisse, on ne badine pas avec les horaires, nous en reparlerons. En tout cas, au premier ravitaillement, le duo respire, nous avons 40 minutes d’avance et rapidement, nous nous calerons sur 1h30 d’avance jusqu’à la fin. C’est bon pour le moral, ainsi que le fait de remonter progressivement des concurrents. Avec les abandons, nous aurons remonté finalement 60 personnes. Autre satisfaction, une méteo clémente qui fait apparaitre le Jura sont un angle magnifique. La montagne résonne des cloches que les vaches portent, et tout en évitant les bouses de vache et leurs nuages de mouches, les traversées des pâturages vous immergent dans la vraie nature. Nous rattrapons à ce stade un coureur qui fait la course pieds nus. Chapeau à lui, même s’il abandonnera à Saint-Cergue, à mi-course.

Dans cette aventure, trois montées concentrent plus de 3000 mètres de D+, dont la plus technique est celle de la Dole à 1677 m. A l’assaut de cette dernière, plusieurs sections sont des pistes de ski à suivre le long de la ligne de plus grande pente et pour la descente, ce sont 700 m d’une piste monotrace bien raide, succession sans fin de racines et de cailloux, les fameux cailloux du Jura qui glissent (c’est vrai ! ). Une fois redescendus au pied de la Dole et les grosses difficultés passées, le moral devrait être au top mais me concernant, cela sera l’inverse ; lassitude, sensation de la nuit qui revient, plus de soupe au ravitaillement, quelques morceaux de saucisses tièdes ; heureusement, coach Sylvain fait ce qu’il faut. La section suivante, seule section française de la course, constituée de quelques bosses bien senties sera mon calvaire. Cela monte régulièrement sur une piste forestière sans âme. Je commence à marcher dans les montées, Sylvain s’envole et je me sens seul. Arrivé au PK 91, après avoir eu envie d’arrêter, j’ai repris du poil de la bête (en récitant des pyramides de nombres, vieux truc pour se reconcentrer que je vous recommande). De là, nous repartons pour rentrer à la nuit tombante dans la dernière section forestière, le Mont Mussy. On avance bien, les rubalises lointaines nous appellent, comme des sirènes. Elles provoqueront le naufrage de concurrents derrière nous qui s’y perdront et feront 4 km de plus ; vers le 100ème km, ce n’est pas le bon moment. Avant-dernier ravitaillement, cela commence à sentir bon l’étable et nous avons deux heures d’avance sur le timing. Le cerveau commande de décompresser et globalement, nous ne ferons plus que marcher sur les 18 derniers kilomètres, vite certes, mais marcher quand même. Ce n’est pas grave car nous avons de la marge et nous ne perdrons que 30 minutes avec cette option.

L’arrivée sur Genève est plutôt quelconque. Nous longeons des routes, nous commençons à en avoir assez et les frontales fatiguent jusqu’à s’éteindre. Heureusement, les bénévoles savent nous remotiver. L’arrivée se profile, la rumeur de la ville monte, le cerveau gamberge à nouveau et magie de la nuit, nous passons enfin sous l’arche, de nouveau au bord du lac Léman, face au célèbre jet d’eau. La famille de Sylvain nous accueille ; photos, videos, congratulations, heureusement qu’ils sont là car à l’arrivée, il n’y a presque rien à grignoter ou boire et les douches sont fermées (vous savez, la rigueur suisse quant aux horaires). Tout ceci n’est pas grave car l’important que vous connaissez tous est ailleurs, celle la sensation du devoir bien accompli quand on relève un défi.

Moralité de tout cela, c’est le sentiment d’avoir atteint un objectif ambitieux pour moi, sans avoir de crampes, en gérant le poids du sac et la nutrition adaptée pour une telle course. C’est fait mais je ne suis pas sûr d’avoir envie de le refaire. J’aime beaucoup courir en nature, mais pour en profiter. Avec mon niveau et sur pareille distance, l’effort est tel que l’on est en mode incertitude et économie tout le temps. Pas question de s’arrêter longtemps, on n’ose pas dévaler les pentes ou courir dans les montées, au risque de ne pas finir. Cette épreuve m’a par contre rassuré sur ma capacité à tenir une longue distance. J’ose maintenant m’inscrire pour le marathon des sables en 2020. La distance sera plus longue mais le bivouac en plein désert sur une course à étapes m’apparait enfin accessible. Si certains veulent m’accompagner dans cette aventure, j’en serai ravi.

Amitiés sportives

Alain Dupéret, le 23/09/2019

Publié dans Compétitions | Commentaires fermés sur LG Trail par Alain Duperet

Nouveau planning des entrainements

Pour la prochaine saison le planning d’entrainement du NST évolue avec quelques changements pour la natation.

Personnellement je vous préconise en complément une séance de CAP quotidienne le midi plutôt qu’un tour au kebab du coin

Publié dans Entrainements | Commentaires fermés sur Nouveau planning des entrainements

Les inscriptions sont ouvertes pour la saison 2019-2020

Ouverture des inscriptions sur e-Cotiz ! : par ici !

Triathlon de Paris 2019
Publié dans Divers | Commentaires fermés sur Les inscriptions sont ouvertes pour la saison 2019-2020

Ouverture des inscriptions saison 2019-2020 : 15 Juillet

LES INSCRIPTIONS POUR LA SAISON 2019-2020 sont ouvertes sur eCotiz ! STAY TUNED !

Nous vous invitons à vous inscrire via la plateforme eCotiz. Inscriptions clôturées le 30 Septembre.

Plouf
Publié dans Divers | Commentaires fermés sur Ouverture des inscriptions saison 2019-2020 : 15 Juillet